Révocations d’élus : Quand une vieille forfaiture du PDCI sert à expliquer une autocratie du RDR

Alassane Ouattara est en train de commettre les mêmes erreurs d'Henri Konan Bédioé, avec la révocation des élus qui ne lui sont pas favorables
Alassane Ouattara est en train de commettre les mêmes erreurs d'Henri Konan Bédioé, avec la révocation des élus qui ne lui sont pas favorables

C’est une défense vraiment cocasse. Affaibli par la décision de révocation manifestement illégale, le Rassemblement des républicains (, parti d’) a décidé de passer à la riposte, en développant un drôle d’argument.

L’extrait du Journal officiel de la République de Côte d’Ivoire (JORCI) a vite inondé les plateformes sur les réseaux sociaux et a inondé la messagerie Watsapp. Nous sommes en 1995, comme aujourd’hui, Alassane Ouattara et se battent. Le premier est opposant et le second chef d’Etat.

A lire aussi. Serge Kanon Blé, pro-Gbagbo détenu depuis 7 ans, mort faute de soins

Par décret pris en conseil des ministres, Bédié signe la révocation de Essoh Lohouess Vincent et de Claire Elisabeth Grah, respectivement maires de Dabou et de San Pedro. ces deux cadres qui avaient été ministres dans le gouvernement Ouattara (1990-1993) avaient viré au RDR. Le avait expliqué, comme c’est le cas encore aujourd’hui, que ceux-ci s’étaient rendus coupables de « faux en écriture publique, détournements ».

fac similé de la "preuve" éventée par des milieux RDR, sur les réseaux sociaux
fac similé de la « preuve » éventée par des milieux RDR, sur les réseaux sociaux

Exactement le même « chef d’inculpation » utilisé ce mercredi 1er août 2018, pour expliquer le décret présidentiel révoquant de son poste de maire du Plateau. Un procédé qu’avait utilisé, le gouvernement, pour démettre de ses fonctions de président du conseil régional du Hambol, accusé d’avoir repris sa carte PDCI, alors qu’il avait été élu sous la bannière du RDR.

De Lohouess en 1995 à Bendjo en 2018

En outre, toujours sur les réseaux sociaux, un drôle de document est servi par les réseaux RDR, comme étant la preuve de la régularité de la décision de révocation de Bendjo. Une saisine par trois individus, de l’Inspection générale d’Etat. Un document d’une page qui remonte à 2016, dans lequel ils se contentent d’affirmer qu’il y a eu « arrêt brutal des actions sociales en direction de la population » et d’en conclure que cela était constitutif, entre autres de « faux en écritures publiques », les termes utilisés justement par le gouvernement.

En 1995, le RDR s’était vivement élevé contre ces décisions autocratiques de Bédié. En 2018, le pouvoir ayant changé de camp, la brimade politique aussi, le RDR se félicite des mêmes décisions autocratiques et va jusqu’à les justifier. Notons que c’est cette instrumentalisation de la « justice » politique qui ont contribué à creuser le fossé entre le pouvoir PDCI et de nombreux Ivoiriens. L’histoire est un recommencement, c’est connu…

Emmanuel Gautier

Les grandes (in)justices de l’ère Ouattara (acte 1) : Sylvie Bossé, l’employée de maison accusée de coup d’Etat

Personnalités liées avec l’article