Vague d’arrestation de grévistes : « L’art de créer un problème dans le problème, pour régler le problème » (ASK)

Des enseignants grévistes arrêtés à Man

La vague d’arrestation des leaders de responsables syndicaux des enseignants qui observent la grève se poursuit. Apres où le secrétaire général de la Coordination des enseignants du secondaire de Côte d’Ivoire (CESCI) a été arrêté hier, un autre responsable vient d’être arrêté au . Le gouvernement veut vaille que vaille étouffer cette grève. L’analyste politique tirait la sonnette d’alarme ce matin que les arrestations pourraient procéder d’une technique du gouvernement pour étouffer la contestation.

Lucien Goudalé, professeur de français au lycée municipal de Man et secrétaire général de la section la Coalition secteur éducation-formation de Côte d’Ivoire () chargé du Tonpki a été arrêté avec quatre de ses collègues ce mardi 5 mars 2019 pour avoir observé le mot d’ordre de grève. Leurs collègues des autres villes venus réclamer leur libération en voulant se constituer en prisonniers ont été dispersés à coup de gaz lacrymogène.

A mon avis (et je peux me tromper), dans le bras de fer engagé entre le pouvoir et les syndicats, le pouvoir va user d’une stratégie simple : procéder à l’arrestation de syndicalistes, afin de réorienter les revendications des syndicalistes vers leur libération

Cette détention fait suite à celle de SG de la CESCI au Lycée moderne d’Anyama le lundi 4 mars 2019 et conduit à la préfecture de police d’Abidjan. Face à cette tempête d’emprisonnement qui se poursuit, l’analyste politique André Silver Konan avait prévenu en milieu de matinée qu’elle pourrait procéder d’une technique du gouvernement pour étouffer la contestation.

A lire aussi : Education nationale : Le responsable syndical qui avait appelé à la reprise devant Kandia, maintient la grève en AG

« A mon avis (et je peux me tromper), dans le bras de fer engagé entre le pouvoir et les syndicats, le pouvoir va user d’une stratégie simple : procéder à l’arrestation de syndicalistes, afin de réorienter les revendications des syndicalistes vers leur libération. C’est simple : c’est l’art de créer un problème dans le problème, pour régler le problème. Cette technique a marché avec les enseignants du supérieur qui ont suspendu leur mot d’ordre de grève après la libération de Johnson Kouassi. La technique ne marche pas à tous les coups, mais le risque peut être pris par un gouvernement qui n’a souvent que peu faire des lamentations de ses masses », avait-il écrit sur sa page Facebook.

Les arrestations qui ont eu lieu à Anyama et ensuite à Man commencent à confirmer l’analyse d’André Silver Konan.

Karina Fofana

Personnalités liées avec l’article