Béhé Gbin à Bédié : « remplacer Ahoussou par Allah Remi est un coup d’État »

Côte d’Ivoire : le et Patrice Kanté pleurent l’adhésion d’ Ahoussou au . Une contribution de Béhé Gbin sur la défection au .

Suite à mon précédent article paru dans les médias interpellant le Président Henri Konan Bédié, Président de mon parti politique, le Pdci Rda, je voudrais réagir sur la réaction du Pdci au sujet de l’adhésion du Président du Sénat au Rhdp. 

On nous avait fait croire qu’il s’agissait d’un non-événement, et que Maître ne pesait rien ! Mais, voici que notre papa Bédié agite tout son attirail pour déclarer la guerre à son « fils » ou plutôt pour pleurer le départ d’un soi-disant traite! 

Béhé Gbin sur la défection au PDCI

Tout d’un coup, le silence et le mépris ne semblent plus suffire, leurs douleurs n’est plus muette du tout … !  La douleur est même bruyante et tapageuse, à voir notre journal proche du parti consacré trois éléments à sa Une sur Ahoussou-Kouadio et son départ ! Tout ça pour lui ! La Président Henri Konan Bédié et le Pdci Daoukro, à travers notre journal, son journal fait également réagir Patrice Kanté, en plus et l’article commandité (ou même écrit par le parti qui n’a pas osé le signer), contre Jeannot Ahoussou-Kouadio. 

« Le Président Bédié n’avait-il pas ainsi trahi le Président pour des calculs politiciens personnels ? »

Ils prétendent, entre autres, dans cet article qu’il y’a des oublis et des omissions, dans les propos tenus par le très vénérable Président du sénat dans son entretien récent avec Jeune Afrique. Ils reprochent au très vénérable Sénateur et Président du sénat Jeannot Ahoussou-Kouadio de n’être pas allé lui-même voir le Président Bédié pour lui faire connaître sa décision, de rejoindre le Rhdp. 

A LIRE AUSSI : Composition CEI: le PDCI et l’EDS se font prier

Il ne s’agit pas d’un oubli de la part du Président Ahoussou pour ceux qui connaissent bien les us et coutumes, en la matière. Ceux-ci savent ce que le journaliste ne sait peut-être pas : le respect pour l’aîné Bédié, qui est un père et pour Ahoussou. Par respect pour le père, et non par lâcheté, quand on veut lui faire connaître une décision, on envoie quelqu’un, un émissaire ! Il n’y a pas lieu d’épiloguer sur cet aspect des choses. Par exemple, ce n’est par lâcheté et manque de respect de part et d’autre, que les Présidents Bédié et Ouattara échangent par émissaire. Il n’est pas question pour moi de mettre Jeannot Ahoussou-Kouadio sur le même pied que nos deux Présidents, mais qu’on ne prenne point, une démarche de respect, pour une faiblesse, ou pour un manque de considération de la part du Président du sénat ! 

Tout simplement un coup d’État

L’association des cadres et élus du grand centre (AECGC) a été créé sans exiger une coloration particulière aux adhérents. Il est possible d’être Fpi, Rdr ou Pdci,  et d’être en même temps membre de l’Association…. Ce que le Président Bédié tente, en voulant faire remplacer Ahoussou par Allah Kouadio Remi, est tout simplement un coup d’État, qui impose que l’étiquette Pdci soit associée à l’association, qui devra alors s’appeler désormais AECGC PDCI (pour ne pas dire AECGC PDCI-Daoukro) pour la distinguer de l’original ! 

A LIRE AUSSI : Côte d’Ivoire: le PDCI arrête les négociations pour la formation du bureau de l’Assemblée nationale

L’approche du Pdci-Daoukro de s’inviter dans le fonctionnement de l’association des cadres et élus du grand centre, alors qu’à l’origine l’appartenance à un parti politique en particulier n’est pas une condition d’adhésion, renvoie encore à la triste initiative des députés Pdci qui se sont invités dans les affaires du royaume Baoulé. Des pratiques identiques qui ne sont pas bonnes pour la démocratie et la cohésion sociale. 

« Houphouët-Boigny et Dieu nous regardent … »

Pendant ce temps, nos amis du Pdci Daoukro continuent de parler de trahison ! Qui a dit que le troisième pont valait un 2ème mandat au grand dam des irréductibles ? Le Président Bédié n’avait-il pas ainsi trahi le Président Houphouët-Boigny pour des calculs politiciens personnels ? Comment parler de trahison lorsque l’on sait qu’il il y’a peu le Pdci-Daoukro célébrait et ovationnait Ahoussou et Diby  en même temps que Tanoh pour leur militantisme avéré et exemplaire ? Qui ne s’en souvient ?  Ce militantisme peut-il avoir disparu en un mois seulement, à la faveur d’un désaccord, d’une adhésion au Rhdp ? Il est vrai que les mensonges (vrais venant de chez eux, et non du Président Ahoussou) et songes et les contradictions n’étouffent pas certaines personnes, mais quand même ….

Le cas  

Kanté Patrice Koffi a fait la co-une de notre journal de parti, en injuriant le Président Jeannot Ahoussou-Kouadio. Il a appelé le Président Houphouët-Boigny à venir le prendre. Cet homme est un ancien policier qui a fui le pays, en désertant son corps d’origine après le coup d’État de 1999, pour aller se réfugier en France. 

A LIRE AUSSI : Côte d’Ivoire: Seuls Gbagbo et Bédié peuvent réconcilier les Ivoiriens, selon KKS

Pour des miettes et le rêve impossible et irréalisable de devenir le leader du Pdci à Didiévi, Patrice Kanté a accepté la base besogne de cracher du venin sur celui qui était, il y’a encore peu, vice-président du Pdci-Rda. Pourtant, le même Jeannot Ahoussou-Kouadio l’a sauvé de la prison, il y’a 6 ans à la suite d’une plainte portée contre lui pour abus de confiance portant sur la somme d’un million de Francs Cfa ! Celui que Patrice Koffi Kanté insulte aujourd’hui, avait remboursé les sommes dues au plaignant….

Patrice Koffi Kanté a participé aux compétitions législatives et régionales à Didiévi, mais il a été toujours battu par plus fort que lui. Lui qui a battu campagne pour un candidat Rhdp aux derniers municipales, contre un candidat Pdci, ne mérite-t-il pas d’être sanctionné ? Comment c’est un tel faux militant qui peut insulter un haut cadre ? Houphouët-Boigny et Dieu nous regardent …..