Libération des prisonniers politiques, dégel des avoirs, réconciliation : La triple audace de Bendjo

Noël Akossi Bendjo
Noël Akossi Bendjo

Libération des prisonniers politiques en Côte d’Ivoire, dégel des avoirs, réconciliation : La triple audace de , maire du Plateau et secrétaire exécutif du Parti démocratique de Côte d’Ivoire ( d’Henri Konan Bédié).

Noël Akossi Bendjo a lancé son appel d'Abobodoumé, en faveur de la réconciliation et de la libération des prisonniers politiques
Noël Akossi Bendjo a lancé son appel d’, en faveur de la réconciliation et de la libération des prisonniers politiques

La déclaration était fracassante, pour passer inaperçue. « Nous devons à tous les niveaux intégrer au plus profond de nous, le besoin et le désir du peuple ivoirien de vivre une véritable réconciliation qui ouvre enfin la porte de cette paix durable si indispensable à la poursuite de la construction de notre pays. Pour se réconcilier, on n’apporte pas un couteau qui tranche, mais une aiguille qui coud, dit un proverbe africain, une aiguille qui permet de réparer toutes les déchirures. Peuple atchan, nos traditions nous prédisposent à ce rôle d’aiguille ».

Le sujet, sinon les sujets que Noël Akossi Bendjo a osé aborder, lors de la journée d’hommage à sa personne, le samedi 21 avril 2018, à Abobodoumé relèvent tout simplement de l’audace. La question de la réconciliation est abordée avec prudence par les cadres et responsables du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP, coalition au pouvoir), depuis que chacun a compris que ce chantier n’est pas une préoccupation pour le président Alassane Ouattara.

Libération des prisonniers politiques en Côte d’Ivoire

Le seul au sein de la mouvance présidentielle qui ose aborder ce sujet est bien Guillaume Soro, président de l’assemblée nationale, qui évoque souvent le sujet, sans aller jusqu’au bout de ses idées, et surtout depuis l’incarcération de son bras droit Soul To Soul. Mais Bendjo lui ose aller plus loin.

« Je voudrais nourrir l’espoir, que cette réconciliation aboutisse au retour d’exil, et à la sortie de prison de tous nos frères afin d’apprendre à nouveau à vivre ensemble de partage et de solidarité »

Alors que son parti, le PDCI hésite à aborder le sujet, pour une formation politique qui a fait de la tolérance un principe politique, l’inamovible maire du Plateau a décidé de briser la glace de l’hypocrisie politique au sein de son propre parti et de libérer ainsi la parole, chez ceux, qui, au sein de la coalition au pouvoir, pensent comme les préfets de Côte d’Ivoire, qui ont, récemment encore réclamé plus d’ouverture démocratique, plus de dialogue politique, la réconciliation et le dégel des comptes de certains opposants.

Noël Akossi Bendjo s'est lancé sur le chantier de la réconciliation au PDCI
Noël Akossi Bendjo s’est lancé sur le chantier de la réconciliation au PDCI 

« Je voudrais nourrir l’espoir, que cette réconciliation aboutisse au retour d’exil, et à la sortie de prison de tous nos frères afin d’apprendre à nouveau à vivre ensemble de partage et de solidarité. Le désespoir n’est pas Ivoirien, dans le dialogue, nous parviendrons à nous surpasser pour nous entendre car, comme disait le père de la nation, « Le dialogue est l’arme des forts » », a déclaré le numéro trois du PDCI, en présence de , numéro de ce parti.

Au fond, Noël Akossi Bendjo ne traduit-il pas le rêve secret de millions d’Ivoiriens, qui souhaient que cette situation prenne fin et qu’une Nation réconciliée puisse enfin commencer à émerger. Que répondre à ceux qui estiment que l’homme frustré par un limogeage politique au conseil d’administration de la Société ivoirienne de raffinerie (SIR) s’est lancé sur le tard, sur ce chantier par dépit ? Qu’ils ne suivent pas de près les actions du maire du Plateau.

Bendjo et la place Mandela

En effet, Bendjo a commencé à cracher ses vérités, bien avant sa fin de mission à la SIR. Au demeurant et il l’a dit lui-même, lors de son appel d’Abobodoumé : « En matière de réconciliation, nous les Africains avons un modèle que nous devons copier. Il s’appelle  Nelson Mandela. C’est cet homme qui, après vingt-sept ans de vie en prison, a tendu la main à ses geôliers pour bâtir la Nation « Arc en ciel » d’Afrique du Sud, symbole d’humilité, de pardon et de réconciliation. Mandela doit être pour nous tous ivoiriens une source d’inspiration. La place de la réconciliation Nelson Mandela que nous allons bientôt inaugurer au Plateau est l’expression de notre volonté d’apporter notre modeste contribution au processus de réconciliation dans notre pays ».

Pose de la première pierre de la place Nelson Mandela, le 7 avril 2016
Pose de la première pierre de la place Nelson Mandela, le 7 avril 2016

La place de la réconciliation Nelson Mandela qui sera inaugurée dans les semaines à venir est la preuve irréfutable que Bendjo s’est lancée sur le chantier de la réconciliation, il y a plusieurs années. En effet, la pose de la première pierre de cette place a été posée le jeudi 7 avril 2016. Il y a exactement deux ans. En matière de réconciliation, les actes parlent mieux que les paroles…

Tiken Jah à propos du parti unifié RHDP : « C’est un mariage forcé qui aura des répercussions sur la paix »

Personnalités liées avec l’article