Gouvernement pléthorique : « Préparons-nous à payer des impôts supplémentaires » (Koulibaly)

Pour , candidat de Lider, à la présidentielle de 2020, le nouveau gouvernement Gon, pour autant qu’il est pléthorique, va certainement amener le contribuable à mettre encore la main à la poche. Mamdou Koulibaly nouveau gouvernement Gon.

Cette semaine, il y a eu un nouveau gouvernement. Au moment de la dissolution de l’ancien, on nous a fait croire que c’était le grand bouleversement, la colère du président de la République, le ciel va tomber sur certaines personnes. Non, personne n’est sortie, on a repris les mêmes, on en a rajouté, on a même rappelé des anciens.

Rien de nouveau sauf que la taille du gouvernement a augmenté, au lieu des 34 ministres avant, nous avons maintenant 45 ministres si nous tenons compte des ministres auprès du président de la république, des ministres auprès du premier ministre, des secrétaires d’Etat et des 36 ministres.

A lire aussi : « Prisonniers politiques », Mamadou Koulibaly à Ouattara : « Simone et Lida ont tué combien d’agents de l’Onuci ? »

Qu’avons-nous encore vu ? Le cumul. Des maires-ministres, des députés-ministres, des conseillers régionaux-ministres. Qu’est-ce qu’on remarque encore ? Cette taille du gouvernement ayant grossi, ce sont de nouvelles Mercedes pour toutes ces personnes, de nouveaux directeurs de cabinet, de nouveaux bureaux et de nouvelles charges budgétaires qui vont s’inscrire dans le budget que les députés ont voté.

Ils n’avaient pas prévu un nombre pléthorique de ministres donc, des impôts supplémentaires pour lesquels il va falloir se préparer. Dans le fond quand vous regardez, pour servir toutes ces personnes, on a dû démultiplier les ministères. Le cas du ministère des Finances : le ministère de l’Economie financière et de l’Economie numérique, le ministère du Plan et du Développement, le ministère de la Solidarité, le ministère du commerce de l’Industrie et des PME, le ministère de l’Artisanat, le ministère du Tourisme et des Loisirs, plus les secrétaires d’Etat. Tout ce bloc ne serait que le ministère de l’Economie un point. Mais, on l’a éclaté en 5, 6, 7 ministères pour donner de la place.

Vous prenez les Eaux et Forêts, l’Agriculture et le développement rural, l’Environnement et le développement durable, les Ressources animales et halieutiques, c’est la même chose, le ministère de l’Agriculture. Ce sont les questions agricoles et la production des animaux. On a démultiplié, on en a fait 4 ministères.

« Le ministère de la justice puis, un secrétariat aux droits de l’homme. Est-ce que cela fait respecter plus les droits de l’homme ici ou fait fonctionner mieux la justice ? Non, cela donne des postes aux gens »

Les affaires étrangères d’un côté, intégration et ivoirien de l’étranger de l’autre. 2 ministères.

On prend l’enseignement supérieur, la recherche scientifique, l’éducation nationale, l’enseignement technique, la formation professionnelle, le sport. 3 ministères là où il n’y a que le ministère de l’enseignement et de la formation.

Le ministère de la justice puis, un secrétariat aux droits de l’homme. Est-ce que cela fait respecter plus les droits de l’homme ici ou fait fonctionner mieux la justice ? Non, cela donne des postes aux gens.

Prenez le ministère de la construction du logent et de l’urbanisme et le ministère de la ville. Il y a déjà les maires et les conseils régionaux, ils vont se piétiner, s’embrouiller, ils vont passer 4 à 5 mois à préciser les domaines de compétences les uns et les autres, ils vont passer le temps à faire les nominations aux postes et puis l’année sera terminée. Mais entre-temps on aura fini de préparer les municipales.

Ce gouvernement n’est pas un gouvernement de combat, ce n’est pas un gouvernement pour nous, c’est un gouvernement de redistribution de postes pour aller vers le parti unique, pas de parti unifié. Très décevant, à priori nous n’avons rien à dire là-dessus, sauf que nous sommes des contribuables, il va falloir payer.

Mamadou Koulibaly

Inondations à Abidjan : La leçon de gouvernance de Mamadou Koulibaly à Ouattara

Personnalités liées avec l’article