Morts à Daoukro et Bonoua : Guikahué répond à Bictogo, « le RHDP ne sait plus à quel saint se vouer »

Guikahué du PDCI a réagi aux attaques d'Adama Bictogo du RHDP sur les évènements qui ont endeuillé Daoukro et Bonoua.

Le jeudi 13 Août 2020, le Directoire du Unifié a organisé une conférence de presse sur la situation socio-politique de la Côte d'Ivoire et plus particulièrement sur les évènements qui ont endeuillé les populations de et de .

Au cours de cette conférence de presse, Monsieur Adama , Directeur Exécutif du parti unifié RHDP, a ouvertement pointé un doigt accusateur sur le Président du , SEM Henri Konan BÉDIÉ, comme étant le principal instigateur desdits évènements.

Dans une déclaration, le CISSE BACONGO, emboîtant le pas au Directeur Exécutif, a menacé de poursuites judiciaires le Président Henri KONAN BÉDIÉ et évoqué l'invalidation de sa , à l'élection .

A l'analyse de tous ces faits, le PDCI- constate que dans cette autre crise qui secoue la ivoirienne, les bourreaux veulent se faire passer pour les victimes.

En effet, le jeudi 13 août 2020, les populations , outrées par la candidature du Président Alassane DRAMANE OUATTARA pour un 3ème mandat à la ; et ce en violation flagrante des conditions d'éligibilité de la Constitution du 08 novembre 2016, sont sorties massivement sur toute l'étendue du territoire national, suite à l'appel lancé par la société civile, pour manifester pacifiquement contre cette troisième candidature à l'élection .

LIRE AUSSI : Ouattara investi le 22 août: Bictogo « objectif, remporter cette élection dès le 1er tour « 

Il faut rappeler que ces manifestations pacifiques, organisées dans le strict respect des dispositions constitutionnelles (article 20 de la constitution du 08 novembre 2016), n'ont pas bénéficié de l'encadrement attendu des forces de l'ordre, bien que l'information ait été portée à la connaissance du Ministère de l'Administration du Territoire et de la Décentralisation et du Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile par courriers des organisateurs de la Société Civile, déchargés et référencés no 20239821 et 2025 8787, du 11 août 2020.

Il convient de porter à la connaissance de l'opinion nationale et internationale que, lors de ces différentes manifestations, des individus armés ont attaqué violemment des manifestants aux mains nues à Daoukro, Bonoua et , causant ainsi la de trois (3) personnes.

LIRE AUSSI : Manifestations à Daoukro : qui a vandalisé la maison du PDCI-RDA ?

Devant des faits portant atteinte à la liberté d'opinion, comment M. et surtout M. CISSE BACONGO qui a soutenu, le 25 novembre 2016, sur les antennes de la télévision 24, que M. OUATTARA ne peut briguer un troisième mandat au regard des dispositions de l'article 183 de la Constitution du 8 novembre 2016, devant la faillite de leur Gouvernement dans sa mission de protection des populations, peuvent-ils tenir pour responsables ceux qui ont été attaqués tout en dégageant la responsabilité des agresseurs et de surcroît vouloir rendre responsable le Président du PDCI-RDA, pour avoir invité le Président de la République et les autorités militaires à faire cesser ces agressions brutales.

C'est le lieu d'attirer l'attention de la communauté nationale et internationale sur les basses œuvres du pouvoir RHDP Unifié, qui ne sait plus à quel saint se vouer.

Le PDCI-RDA demande, donc, à ses militantes, militants, sympathisantes, sympathisants et aux forces démocratiques de Côte d'Ivoire de rester vigilants, sereins et mobilisés.

Written by PDCI RDA

Abengourou accorde son parrainage à Ouattara

3e mandat Ouattara : Des députés français manifestent leurs soutiens aux marches à l’opposition ivoirienne