Vers l’arrestation d’Affi, Bédié, Mabri… ? : tout ce joue ce 6 novembre 2020

Le Procureur de la République va-t-il ordonner ce vendredi 6 novembre 2020, l'arrestation pure et simple d'Affi, Bédié, Mabri… ?

Le prend la parole ce vendredi 6 novembre 2020 à 15 h. Le mardi 3 novembre 2020, le de la Justice avait révélé que le gouvernement avait saisi le Procureur de la République, près le tribunal de première instance d' afin que soient traduits devant les tribunaux, les auteurs et complices de l'annonce portant mise en place du conseil national de transition et les violences perpétrées suite au boycott actif.

Dans la foulée, la avait interdit la déclaration du président désigné du Conseil national de transition, Henri Konan Bédié et bouclé les entrées des résidences des principaux leaders de l'opposition.

Des membres du PDCi- et des proches du président de ce parti ont été interpellés. Le 4 novembre 2020, les ambassadeurs des europé ayant droit de veto à l' ainsi celui de l' a Abidjan ont rendu visite au président Henri Konan Bédié.

LIRE AUSSI : Bangolo : un affrontement entre Malinké et Wê évité de justesse, les faits

Selon les révélation de l'ambassadeur Jobst Von Kirchmaan de l'Union européenne, les diplomates occidentaux ont « réitéré l'appel de la communauté internationale à l'opposition à revenir sur les déclarations concernant une transition et à renouer un dialogue dialogue entre les acteurs politique dans un cadre constitutionnel. ».

Dans un appel téléphonique au , l'ancien président de la Côte d'Ivoire, a proposé à ce dernier de favoriser le dialogue avec l'opposition et de renoncer à la répression. La réponse de l'Opposition portée par le porte-parole adjoint, Mabri Touakeusse: « Le Conseil National de la Transition note que certains acteurs de la communauté internationale demandent un retour à l'ordre constitutionnel alors que depuis le 1er novembre 2020, il n'y a plus d'ordre constitutionnel en Côte d'Ivoire puisque l'ex-Président de la République, Monsieur , a librement fait le choix, par ses violations graves et répétées de la Constitution, des lois de la République et des libertés individuelles, de mettre la légalité en vacances. ».

LIRE AUSSI : Tout sur l'échange téléphonique entre Gbagbo et Soro

C'est dans ce contexte qu'intervient le Procureur de la République. Va-t-il être cassant? Ordonner l'arrestation pure et simple des personnalités visées? Va-t-il donner un cadre juridique formel à leurs assignations à domicile? Trop de personnalités politiques et de la société civile sont déjà en détention depuis de longs mois.

Le Conseil gouverneur de l'Union internationale parlementaire vient de nouveau, d'exprimer sa vive préoccupation pour le maintien en détention du député Alain , ancien ministre des Sports et appelé les à le libérer immédiatement. Le regard de Mme , membre de la société civile derrière les barreaux fend le cœur.

LIRE AUSSI : Dans les coulisses de la rencontre Bédié et ambassadeurs occidentaux : les choses se précises pour le CNT ?

Tout comme cette image du militant de l'opposition, qui a fait le tour de la toile. Il est temps pour les acteurs politiques d'écouter ceux qui appellent au dialogue. Quelqu'un a dit « Asseyons-nous et discutons. ». Un autre ajoute: « Asseyons-nous, écoutons-nous, discutons. ». Il n'est jamais trop tard, en effet…

Written by Fernand Dédeh

Adjoumani sur Life TV : « Bédié veut tout avoir cadeau sans se battre parce qu’il ne s’est jamais battu dans la vie »

Amadou Soumahoro : « J’appelle l’opposition politique à la responsabilité et à la raison »