Retournement de situation : Lobognon libéré avant une rencontre Macron-Ouattara

Guillaume Soro et Alain Lobognon

libéré. Au terme d’un procès en appel convoqué en urgence, ce mercredi 13 février 2019, les juges de la cour d’appel ont cassé la décision de la chambre de première instance qui avait infligé un an d’emprisonnement à l’ancien ministre des Sports. Celui-ci a finalement été condamné à six mois avec sursis avec liberation immédiate. Un jugement qui intervient deux jours avant une rencontre cruciale entre et .

A l’ouverture du procès, le président de la cour d’d’appel, et ses deux juges assistants, ont rejeté les trois exceptions de forme introduites par l’équipe de la défense d’Alain Lobognon, autorisé cette fois-ci, à porter son écharpe de député.

A lire aussi : Rébellion du 19 septembre 2002 : Alain Lobognon répond à André Silver Konan

À la surprise générale, le bureau du procureur a, dans le débat de fond, requis six mois de prison avec sursis et une libération immédiate du détenu contre qui il avait pourtant requis trois ans de prison, en première instance.

En définitive, les juges de la cour d’appel ont décidé de la relaxe du prisonnier après l’avoir condamné à six mois de prison. Ce verdict intervient alors que le pouvoir d’Alassane Ouattara est au centre de vives critiques d’organisations internationales, notamment Amnesty International. Vendredi le Président ivoirien doit rencontrer son homologue français Emmanuel Macron.

Le verdict de ce jour semble, en définitive, met tout le monde à l’aise. Alain Lobognon était poursuivi par le procureur Richard Adou pour « divulgation de fausses nouvelles » après un tweet annonçant un mandat d’arrêt de ce procureur contre le député et maire (PDCI) élu du Plateau, Jacques Ehouo.

Karina Fofana