RHDP : Le double jeu de Mabri agace Ouattara qui va lui demander des clarifications

Albert Toikeusse Mabri et Alassane Ouattara

A l’issue d’un séminaire de 48 heures, des députés ivoiriens ont mis sur pied, le groupe parlementaire RHDP. A cette occasion, les députés de l’ ont brillé par leur absence.

A ces assises, le premier ministre disait : «Je me réjouis de ce que vous comptiez déjà en votre sein, 164 députés déjà prêts à intégrer le Groupe parlementaire. J’en parlerai au Président de la République. Je vous invite à continuer à échanger avec vos autres collègues. Car, je suis certain que d’ici le 26 janvier 2019, vous atteindrez le chiffre de 200 députés ».

Au-delà du nombre de députés qui n’est pas tout à fait exact, vu que les présents étaient moins que le chiffre avancé, il semble qu’un véritable problème de fond se pose. En effet, la mise en place de ce groupe parlementaire RHDP ne peut que conduire à dissoudre les groupes parlementaires , UDPCI et celui d’Evariste Méambly, si tant est que le RHDP devient un parti unifié dans lequel les partis n’ont plus droit de cité.

A lire aussi : Une question à Duncan, Achi et autres : « Etes-vous oui ou non, pour la dissolution du PDCI le 26 janvier 2019 » ? (Lettre ouverte)

Si Méambly visé par une enquête dans l’affaire de la mort suspecte du jeune Brice Siesson, s’est empressé de rallier le RHDP et se dit prêt à fondre son groupe dans celui naissant du RHDP, tel n’est pas encore le cas d’Albert Toikeusse Mabri.

De fait, pendant que le groupe parlementaire RHDP se mettait en place à , l’UDPCI présentait les vœux du nouvel an à son président, les députés du parti étant présents à cette cérémonie. Ce week-end, la question de la dissolution des partis a été pour la première fois posée en réunion du comité d’organisation. Et Mabri a réitéré sa position de ne pas voir son parti disparaître.

Une attitude qui a été rapportée au président Alassane Ouattara qui, agacé, compte demander des clarifications à son ministre de l’Enseignement supérieur. Au sein du RHDP, les responsables issus du RDR soupçonnent Mabri de jouer à un double jeu, en tenant un discours officiel favorable au RHDP mais en maintenant les contacts avec Henri Konan Bédié.

L’on se rappelle qu’à la veille du « Oui » de l’UDPCI au RHDP, à Yamoussoukro, Mabri et Bédié s’étaient longuement entretenus à Daoukro. ce jour-là, un pacte secret aurait été signé entre les deux hommes. Manifestement, Mabri doit clarifier sa position au sein du RHDP.

Emmanuel Gautier