Abi-Daman Koné, pro-Soro fait des révélations sur Alpha Yaya Touré

Abi-Daman Koné, secrétaire général adjoint du a fait des révélations sur ancien proche de Soro trois mois son retour au .

Alpha Yaya Touré ou les roueries d’un politicien sans conviction.

Ainsi donc depuis le mois d’avril de l’année courante, il a annoncé son retour au RHDP après 2 ans de militantisme virtuel au RACI. Car si l’homme a officiellement été nommé par le président Kanigui Mamadou Soro le 29 mars 2017 en qualité de coordinateur régional dans la Bagoué, il n’a en deux ans mené la moindre activité ou tenu la moindre réunion d’implantation de ce parti, suscitant à juste raison beaucoup d’interrogations tant chez les militants de la Bagoué qu’au sein de la direction du parti.

Ce passage éclair du député de Gbon au RACI, loin de servir ce parti, l’a plutôt desservi tant l’homme a intrigué contre ses intérêts. Et ce ne sont pas les coordinateurs et cadres locaux de la termitière dans la Bagoué, notamment le docteur Nahoussé Diabaté, Coordinateur départemental de Boundiali qui dira le contraire. Lui qui à l’occasion de la visite des populations de la Bagoué chez le Président toucha le fond de l’humiliation du fait des intrigues de Alpha Yaya Touré qui avait pris soin au préalable de verrouiller l’organisation avec un dispositif à sa merci.

A LIRE AUSSI : Sylla Kalil: « nous cadres RACI, on ne vient pas au RHDP pour un profit mais par conviction »

L’infortuné docteur avait alors été empêché d’accès au domicile du président du Comité politique et président d’honneur du RACI. Il a fallu l’intervention du maire Ouattara Guibessongui, aujourd’hui Coordinateur régional consécutivement à la démission d’Alpha Yaya Touré, pour qu’il accède à la cour de la résidence. Il faut d’ailleurs noté que cette démission a été un ouf de soulagement pour les responsables et militants du RACI dans la Bagoué, exaspérés qu’ils étaient par ses manœuvres visant à étouffer le parti dans la région.

La haine qu’il nourrissait pour le RACI dont il se considérait membre n’avait pas de limite. Dans la Bagoué, il ne ménageait aucun effort pour dissuader les populations d’adhérer au RACI, leur proposant plutôt son mouvement, le RJCI, qu’il avait créé à peine son adhésion actée au RACI. Si le parti de la termitière lui a servi de rampe de lancement pour atterrir dans l’entourage du président Guillaume Soro, ses ambitions et son égo surdimensionné ne pouvaient s’accommoder d’être à l’ombre d’un autre leader. Il se devait de s’affirmer par le zèle et gagner la confiance et le soutien en tout genre du député de Ferké. Et dieu seul sait les profits qu’il en a tirés.

A LIRE AUSSI : Akossi Bendjo sur sa condamnation: « Ils pensent me salir, on ne m’achète pas: PDCI je suis, PDCI je reste »

Dans son réflexe naturel du filou politique, il va ensuite flairer un autre coup juteux. Ainsi après avoir utilisé le RACI comme marchepied pour accéder à Guillaume Soro, l’heure était venue pour lui de se servir de ce dernier comme marchepied pour accéder au coeur du RHDP. Trahir Guillaume Soro étant aujourd’hui côté en « bourse », l’enchère serait inévitablement lucrative. Mieux, à ses nouveaux amphitryons, il fait l’audacieuse promesse de casser le RACI et d’amener à eux un nombre important de militants et de hauts cadres. Comment le RHDP aujourd’hui aux abois et s’accrochant à tout ce qui peut procurer une bouffée d’espoir pouvait-il échapper à pareille arnaque politique ?

Les moyens seront donc déployés à cette fin avec obligation de résultats. C’est alors que la recrue star du RHDP va engager le chantier herculéen. Des députés du groupe parlementaire « Rassemblement » seront ainsi démarchés en vain. Des Coordinateurs régionaux également sans succès. Le temps passant et pressant, il fallait bien rassurer les mandants. C’est alors que le samedi 7 juillet dernier, une cérémonie dite d’adhésion collective de cadres (?) du RACI au RHDP sera organisée à grands renforts médiatiques. Des coordinateurs régionaux sont annoncés démissionnaires. À l’arrivée, avouons que la montagne a accouché d’une souris. Tous les militants du RACI ont dû se marrer à la vue des « grosses prises ». Évidemment pour ceux qui méconnaissent la maison, la mayonnaise a dû prendre.

A LIRE AUSSI : Le PDCI à Patrick Achi : « de quel Houphouetisme vous parlez quand le copinage d’Etat est érigé en projet politique ? »

Dans la salle bondée, de jeunes gens convoyés, destinés à entretenir le vacarme pour ainsi donner l’impression d’une adhésion massive dans la joie collective. À Abidjan, on en trouve à la pelle, ces jeunes privés d’espoirs par le malaise social, prêts à offrir leurs services pour donner un caractère faussement populaire aux rassemblements politiques. En réalité, dans la salle ce jour-là, l’on ne pouvait reconnaître plus de huit personnes ayant véritablement flirté avec le RACI, dont des personnes qui avaient depuis belle lurette annoncé leur départ du RACI ou avaient depuis longtemps été perdues de vue. À l’arrivée donc, rien à se mettre sous la dent. Aucun haut cadre ni coordinateur régional comme annoncé. En somme, du menu fretin en nombre négligeable qui se devait de s’affubler de titres ronflants pour sauver les apparences. Dans cette veine, l’on apprit l’adhésion d’une mystérieuse « secrétaire nationale chargée des femmes » fonction qui n’a jamais existé au RACI.

L’on peut légitimement se poser des questions : Où les roueries de l’honorable Alpha Yaya le conduiront-elles ? Certainement comme Wangrin, ce personnage controversé d’un livre à succès de Amadou Hampaté Ba, réputé avoir bâti succès à coups de ruses et de roublardises, le député de Gbon est en passe de se forger un étrange destin politique à l’issue peu enviable.

Personnalités liées avec l’article