Affaire meurtre des 6 agents de la Sipofu à Arrah: les gendarmes meurtriers prennent 20 ans de prison

Les gendarmes trois accusés dans le procès du meurtre des 6 agents de la à ont écopé d’une peine de 20 ans de prison ferme.

Le Tribunal militaire d’Abidjan a tranché, le vendredi 19 juillet 2019 dans l’affaire du meurtre des 6 agents de la SIPOFU le 27 mai 2017 à Arrah dans le Centre-Est du pays. Les 03 accusés sont condamnés chacun à une peines de 20 ans. La peine maximale selon le code pénal ivoirien.

“C’est un verdict qui nous réjouit et qui réconfort les familles des défunts”, déclare l’un des Avocats de la partie civile qui représentait dans ce procès les familles des victimes. 

« La mort de mes collègues n’est pas restée impunie. Justice a été rendue. Je remercie le Commissaire du gouvernement et tous ceux qui ont permis qu’on en arrive à ce verdict »

Le juge a condamné les accusés aux peines maximum comme demandé par le parquet dans son réquisitoire vu la gravité des faits et le témoignage du seul rescapé de cette barbarie commise par l’adjudant chef Amichia, commandant de Brigade de la gendarmerie d’Arrah au moment des faits et ses éléments.

A LIRE AUSSI : Mandat d’arrêt: comment Adou Richard compte forcer Bendjo à rentrer en Côte d’Ivoire

Pour rappel, 6 agents des pompes funèbres en mission à Arrah sont poursuivis par l’adjudant-chef Amichia et ses éléments qui les auraient pris pour des braqueurs. Sommés de s’arrêter, ils sont immobilisés face contre terre et abattus froidement. Une exécution sommaire digne de ce que l’on voit dans les films d’action. Un crime n’étant jamais parfait, l’une des victimes s’échappe. C’est le témoignage de ce rescapé qui a scellé le sort des trois prévenus.

Après une délibération qui a duré près d’une heure, entamée tout de suite après le plaidoyer de la défense vers 21h ce 19 juillet, le juge a prononcé sa sentence. « La mort de mes collègues n’est pas restée impunie. Justice a été rendue. Je remercie le Commissaire du gouvernement et tous ceux qui ont permis qu’on en arrive à ce verdict » a dit , le rescapé du groupe. La défense a cinq jours francs pour faire appel.

Personnalités liées avec l’article