Affaire « Nanan Konan Kan (chef du village de Kami) désavoue Bédié » : « Je n’ai accordé aucune interview au Patriote et à L’Intelligent d’Abidjan

Nanan Konan Kan

Voyez-vous, j’avoue que j’ai été appelé par le cabinet du Gouverneur pour dire que nanan Boigny N’dri III doit avoir une conférence de presse, le jeudi 7 mars, entre 9h et 10h. Etant son proche collaborateur pour les affaires traditionnelles, et cela avant qu’il ne soit gouverneur, j’ai été sollicité pour y prendre part. J’ai dit que je suis loin de Yamoussoukro. Donc je ne pourrai pas être là mais si c’était l’après-midi, j’aurais fait l’effort d’être là. Mais la conférence s’est tenue, je n’étais pas là.

Cette conférence, j’aurai pu la faire mais il y a des choses que je n’aurais pas dit. J’aurais pu faire cette conférence que j’aurais dit ce qui est, chercher à ramener la paix et même l’union entre les deux, parce que là, il est question de canton. Le canton, c’est d’un côté, le canton, c’est de l’autre côté. Je sais ce que je dois tenir comme langage quand il s’agit d’un Chef d’Etat, d’un homme d’Etat comme le Président Bédié ; ce n’est pas à moi d’aller m’opposer à un Chef d’Etat, à un homme d’Etat de la stature du président Bédié » s’est-il voulu clair avant de donner des détails sur son absence de la cité des Lacs « Moi, je ne fais pas de la politique, le chef ne fait pas de la politique et donc je ne peux m’engager sur un terrain politique.

A lire aussi : Affaire « Je serai candidat en 2020 » : Le démenti du conseiller de Soro qui rappelle l’affaire « Je vais feinter Gbagbo »

J’avoue que c’est à ma grande surprise que j’ai fait une déclaration qui a trait à la politique. Je n’ai pas été là parce que j’avais des urgences, mon grand frère était décédé et l’enterrement a été fait dans la nuit de dimanche à lundi 4 mars 2019. Je devais partir sur Abidjan ce lundi, le préfet nous a appelés pour une réunion et après quoi, le gouverneur nous a aussi convoqués pour une autre réunion et ce n’est que le mardi 5 mars, tôt le matin, j’ai pris le car pour effectuer mon voyage.

Et je ne suis revenu sur Yamoussoukro que le jeudi 7 mars 2019. » Ces propos du , conseiller du gouverneur Augustin Thiam, en charge des questions traditionnelles, ont été corroborés par son notable Yao Kouadio Firmin dit Allangba ; pour qui cette interview n’est qu’imaginaire.

« Beaucoup de choses ont été dites. Ils ont utilisé abusivement la photo du chef pour illustrer leur interview. C’est archi-faux, le chef n’a accordé aucune interview à qui que ce soit. C’est la machination, c’est de la manipulation, c’est de l’intoxication. Alors nous apportons ce démenti pour réhabiliter notre chef, pour le laver de ce mensonge grotesque qui le déshonore parmi ses pairs « .