Bocanda: le chef de village de Kanoukro tabassé par la population

, chef de village de , à , a été tabassé par les populations notamment les jeunes le jeudi 4 juillet 2019.

Selon les témoins, le chef Diby N’guessan, 62 ans, détenteur d’un arrêté de nomination et d’un certificat d’incapacité de travail de 30 jours, qui a porté plainte, jeudi, devant le parquet, a été molesté par une partie de ses administrés qui l’accusent d’avoir emprisonné certains de leurs camarades.

Dans la nuit de mardi à mercredi, relate la source, la dissidence conduite par un certain, Kouakou N’dri qui conteste l’autorité du chef Diby N’guessan qu’il accuse depuis 2015 d’avoir vendu des terres à l’église catholique, moleste le crieur public du chef de village qui invitait les demandeurs de jugements supplétifs à venir chercher leurs papiers déposés la veille par l’administration. « Diby n’est plus chef, on ne veut plus te voir crier dans le village en son nom », lui auraient rétorqué ses bourreaux.

A LIRE AUSSI : Zuénoula: scènes de chaos à la préfecture après l’assassinat du chef de Bohizra

Le crieur public porte une plainte avec un certificat médical à l’appui contre quatre individus qui sont arrêtés mais vite relâcher pour donner une chance à la paix dans le bourg. Quelques jours plus tard, un membre de la dissidence porte aussi une plainte contre un élément du chef qui l’aurait molesté. Celui-ci est arrêté mais il est relâché après moult tractations au cours desquelles de nouveaux éléments auraient apparu, aux yeux de la justice, pour la manifestation de la vérité dans l’ancienne affaire.

Le procureur aurait alors demandé, affirme la source, aux personnes libérées lors de cette première affaire de revenir le voir. Toute chose qui a entraîné le courroux des dissidents qui n’ont pas hésité à se rendre chez le chef qui venait de subir une intervention chirurgicale, pour le rosser de coups et le traîner à travers les ruelles du village. Ce qui a mis le pauvre homme mal en point.

Personnalités liées avec l’article