Bouaké : Meeting du mouvement d’Adjoumani : Le mouvement « Sur les traces » berne le RHDP (Opinion)

Le ministre Kobenan Kouassi Adjoumani à Bouaké, le samedi 23 mars 2019
Le ministre Kobenan Kouassi Adjoumani à Bouaké, le samedi 23 mars 2019

Le folklore organisé, le samedi 23 mars dernier, par le ministre Kobenan Adjoumani et son mouvement a été tout sauf un succès et un grossier montage. Et surtout une grosse comédie avec des animateurs en mal de publicité.

Les initiateurs du mouvement plutôt ‘’ Sur les traces du ministre Kobenan Adjoumani ’’ qui pensaient mobiliser, puiser dans les bases du PDCI dans la grande région de Gbêkê ont simplement échoué. Le rêve s’est transformé en cauchemar. Car les militants, militantes du parti septuagénaire de la région de Gbêkê et l’ensemble des parents Baoulé, ont boycotté ladite cérémonie.

Ledit folklore organisé à grands frais et à plusieurs coups de millions, les organisateurs, face à leur échec, ont appelé en renfort le RDR de Bouaké. Car, en vérité, tout ce qu’on a vu le samedi dernier, était le RDR déguisé. En effet, toutes les structures du Rdr de Bouaké, pour laver la honte, ont été mobilisées et mises à contribution afin de ne pas étaler les faiblesses du mouvement impopulaire, ses carences en matière d’organisation politique, ses limites et l’échec palpable de leur allié, le mouvement ‘’Sur les traces d’Houphouët Boigny’’. 

C’est pourquoi, en association comme en ‘’ Guestar ‘’ tous les principaux responsables locaux du Rdr, les organisateurs étaient sûrs de compter sur le soutien de ceux-ci, comme renfort pour la mobilisation. Dans un contexte politique actuel où dans une ville de Bouaké, avec des personnes toujours accro aux friandises offertes par les cadres du Rhdp. Les associations, organisations et mouvements de jeunes et femmes des quartiers de Bouaké, les CCDQ (cellule de coordination de développement des quartiers), les militantes et militants du Rdr, mobilisés et convoyés en lieu et place des militants du PDCI et parents autochtones, ont pris d’assaut nombreux le palais du carnaval de Bouaké.

A lire aussi : Kobenan Adjoumani : « Un 3ème scrutin municipal à Bassam est exclu »

On pouvait compter parmi les convoyés au meeting, entre autres, les curieux qui voulaient voir certaines personnalités; les sans voix ou les enfants de moins de 18 ans, les commerçants ambulants sans le moindre idéal politique ; les nomades politiques et les militants du RDR. C’était l’autopsie de la foule du meeting du samedi 23 mars dernier des traceurs. « Le monde, dans un meeting, ne rime pas toujours avec militantisme pour une cause », a martelé K.G, qui s’était retrouvé dans cet endroit. En plus des militants du Rdr de Bouaké appelés en renfort, plusieurs autres cars en provanance de , de , de Didiévi, du , de , de Korhogo, des Grands-ponts, etc, ont convoyé des personnes pour gonfler le nombre des participants à la cérémonie. De l’animation à la sécurité, au transport et bien d’autres compartiments, tout était piloté par des personnes du RDR de Bouaké qui étaient bien visibles, venues à la rescousse. Il faut aussi rappeler que plusieurs cars et mini-cars envoyés dans plusieurs localités telles que Sakassou, Botro, Djebonoua, Languibonou, Bouaké Sous-préfecture vont se retourner bredouille, sans succès. Parce que, lesdites populations ne se sentant pas concernées par lesdites activités vont bouder cette cérémonie.

Pour contre, dans les localités de Diabo, de Béoumi, ce sont quelques poignées de gens qui ont fait le déplacement. Au niveau de la chefferie, à part les chefs de quartiers de la ville de Bouaké, le chef de canton de Kouassiblekro et ceux sous son autorité ainsi que des chefs de Brobo et de Diabo, tous les autres des départements de Sakassou, de Botro, de Djebonoua, de Languibonou ont boycotté l’évènement. C’est avec grand étonnement que les 813 chefs de la région ont été signalés présents. Pourtant, d’autres chefs ont été convoyés depuis le Zanzan, Tiébissou, Yamoussoukro, Divo, etc pour masquer la grande absence des chefs de la région.

Ajouté à cela, la somme de 18 millions de Frs Cfa distribués dont 7.500. 000 Frs Cfa aux chefs de villages. Pour dire que l’achat de conscience continue. Entre-temps, les autres ont reçu entre 1 million et 500. 000 Frs Cfa. En réalité, le ministre Kouassi Adjoumani et son mouvement se sont bercés d’une douce illusion, en disant qu’ils ont réussi une grande mobilisation.

D.A

Personnalités liées avec l’article