Burkina : attaque simultanée des terroristes à Toéni et à Banh

Les positions des forces de défense du Burkina ont été attaquées à et à ce mardi 3 décembre 2019, a appris YECLO.com de sources sécuritaires.

Une dizaine de terroristes ont été abattus ce mardi 3 décembre 2019 dans une double attaque dans les localités burkinabè de Banh (nord) et de Toéni (nord-ouest) par les forces de défense et de sécurité nationales, qui ont aussi perdu au moins trois éléments dans leurs rangs.

Selon une source policière, ces attaques qui ont visé les détachements militaires de ces localités ont également fait des blessés au sein de l’armée. Dimanche, une attaque contre l’église protestante de Hantoukoura dans le département de , dans la province de la Komondjari (est) a fait 14 morts, dont des enfants, et plusieurs blessés.

Condamnant l’attaque contre l’église, le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré a indiqué que « par ces actes ignobles, les ennemis du veulent porter atteinte à notre vivre-ensemble », avant de promettre que « nous les vaincrons ».

LIRE AUSSI: Burkina: les jeunes appelés à s’enrôler massivement pour la défense de la patrie

De plus en plus, les forces de défense et de sécurité burkinabè se lancent à la poursuite des terroristes présumés dans plusieurs régions du pays. Vendredi 29 novembre dernier, l’armée a affirmé avoir « neutralisé » six terroristes lors d’une opération, dont un leader « activement recherché », et récupéré un « important lot d’armement, de munitions ainsi que des motos et divers effets » dans la province du Nahouri, dans le sud du pays.

LIRE AUSSI: Burkina: 10 morts dans l’attaque contre une église à Hantoukouri

Selon le chef d’état-major général des armées, ce « résultat majeur constitue la preuve qu’aucun répit ne sera laissé aux groupes terroristes qui tentent de perturber la quiétude des vaillantes populations ».

LIRE AUSSI: Burkina Faso: 25 terroristes capturés par l’armée

Depuis 2015, le Burkina Faso est la cible d’attaques terroristes notamment dans les régions du Nord, du Sahel et de l’Est. Plus de 700 personnes ont été tuées dans ces attaques, tandis que près d’un demi-million de personnes ont fui leurs villages.

Personnalités liées avec l’article