CEI recomposée: La Cour africaine des droits de l’homme pourra-t-elle sauver le PDCI ?

Selon , le PDCI a décidé de saisir la , afin qu’elle se prononce sur la nouvelle loi sur la CEI en Côte d’Ivoire.

Le secrétaire exécutif du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI-opposition), Maurice Kacou Guikahué, a annoncé mercredi 7 août 2019 à Gagnoa, que la coalition de parti auquel il appartient a décidé de saisir la (CADHP), qui siège à , afin qu’elle se prononce sur la nouvelle loi concernant la Commission Électorale Indépendante (CEI).

« Le Pdci a fait des recours, et donc la CEI ne restera pas telle qu’elle est », a déclaré, Maurice Kacou Guikahué, en marge de la célébration des 59 ans d’indépendance de la Côte d’Ivoire à Gagnoa, indiquant que « Arusha doit se prononcer ».

LIRE AUSSI: Jean-Louis Billon candidat du PDCI en 2020? La réponse de Henri Konan Bédié depuis Paris

La nouvelle loi concernant sur la Commission électorale indépendante  a été adoptée par le parlement Ivoirien.

Pendant que la cour africaine des droits de l’Homme et des peuples parle de réforme, la nouvelle loi ivoirienne insiste sur la recomposition, les attributions et les fonctionnements, fait observer Maurice Kacou Guikahué.

« Le Pdci a fait des recours, et donc la CEI ne restera pas telle qu’elle est »

Maurice Kacou Guikahué, le 7 août 2019 à Gagnoa

La Cour a compétence pour connaitre de toutes les affaires et les différends dont elle est saisie concernant l’interprétation et l’application de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples (la Charte), du Protocole et de tout autre instrument pertinent relatif aux droits de l’homme ratifié par les Etats concernés.

LIRE AUSSI: Côte d’Ivoire – 07 août 2019: les photos du défilé de l’indépendance

La cour africaine des droits de l’Homme et des peuples est une cour régionale créée par les pays africains afin d’assurer la protection des droits de l’homme et des peuples, des libertés et des devoirs en Afrique.

Personnalités liées avec l’article