Côte d’Ivoire : Décès à son domicile, de Gbaï Tagro, un opposant historique à Houphouët

Décès de , ce samedi 17 novembre 2018, à son domicile de Cocody-Angré, président du Parti républicain de Côte d’Ivoire (PRCI), un opposant historique à Félix Houphouët-Boigny.

Robert Gbaï Tagro a été retrouvé ce matin, mort dans son lit à son domicile de Cocody-Angré, par l’un de ses proches qui s’inquiétait de ce qu’il ne sortait pas de sa chambre. Selon sa fille Syvie Tagro, le décès est intervenu à l’aube. « La veille, il ne présentait aucun signe », a-t-elle déclaré. Le président du PRCI avait une vue défaillante ces derniers mois, ce qui l’avait amené à réduire ses déplacements et sorties publiques.

A lire aussi. Côte d’Ivoire : Décès de l’ex-ministre Daouda Thiam, conseiller de Ouattara

En 2016, il avait rejoint l’Alliance des forces démocratiques de Côte d’Ivoire (AFD-CI) de Pascal Affi N’Guessan après avoir annoncé sa candidature à la présidentielle de 2015, face à Alassane Ouattara, une élection à laquelle il n’avait finalement pas participé, pour dossier incomplet, notamment la caution financière.

Gbaï Tagro était l’un des premiers opposants historiques à Félix Houphouët-Boigny, avec les Pépé Paul et autres Francis Wodié, avant Laurent Gbagbo. L’homme est resté un éternel opposant d’Houphouët à Ouattara, en passant par Gbagbo, après avoir rallié quelque temps, le camp présidentiel, sous Henri Konan Bédié qui l’avait nommé conseiller économique et social.

« Le corps de l’opposant historique a été enlevé par les pompes funèbres, en milieu de journée »

« J’ai commencé ma carrière politique auprès de lui au PRCI, en qualité de secrétaire chargé de la communication, témoigne Roger Patrick Gonraye, ex-membre de son parti. C’était un peu la formation politique. Nous avons, à l’époque, rendu visite à plusieurs chancelleries, notamment à l’ambassadeur français Gildas Le Lidec, en 2000-2001 ».

Le corps de l’opposant historique a été enlevé par les pompes funèbres, en milieu de journée, après les constats d’usage de la police scientifique et de la direction de la prolice criminelle.

Elvire Ahonon

Décès en cascades d’opposants : Le groupe parlementaire PDCI appelle ses cadres à la « vigilance »