Coup de gueule Decothey : « Le gouvernement a décidé de nous tuer à la cité Ado »

Decothey
Decothey

L’artiste comédien est très remonté contre l’installation de la décharge à proximité de la où il habite. L’artiste dit avoir entrepris toutes les démarches possibles auprès du ministère de la salubrité mais sans succès. Il tient le gouvernement pour responsable de tout ce qui leur arrivera. Ci-dessous le coup de gueule cité Ado. Coup de gueule Décharge cité Ado. 

L’heure est grave mesdames et messieurs. Le gouvernement de Côte d’Ivoire à travers le ministère de la Salubrité de l’environnement et du développement durable, la mairie de a décidé de déplacer la décharge d’ordures d’ jusqu’à . Je vous montre le centre d’où ils vont prendre toute la poubelle pour mettre à deux pas de la cité déjà habitée par des personnes. Je parle de la cité Ado et de la cité Bel air où j’habite.

La décharge de la discorde

En tant que pauvre comédien nous nous sommes débrouillés pour avoir une maison dans une très belle cité et ils ont décidé de venir mettre le dépôt d’ordures de cinq millions d’habitants ici sans même nous en informer. Il a fallu que nous prenions le taureau par les cornes. Lorsqu’il s’agit de la pluie on peut dire que c’est un phénomène naturel. Imaginez-vous un gouvernement qui  décide de tuer ; je pèse bien mes mots parce que la poubelle peut créer les odeurs et toutes ses conséquences.

A lire aussi : Devoir de mémoire / Quand Ouattara promettait des maisons de « 25 000 FCFA par mois, pendant 25 ans »

« L’heure est grave ils ont décidé de nous tuer en déplaçant la décharge à nos portes ; là où les gens habitent »

Nous habitons sur la route de N’dotré non loin de la prison civile. Une cité de 178 personnes (NDLR la cité Bel Air), la cité Ado fait 800 personnes, la cité policière est en construction sans oublier la prison civile. Imaginez-vous un prisonnier à côté d’une poubelle. On a tout fait mais le ministère avec à la tête ne veut rien comprendre. Nous l’avons croisé plusieurs fois pour le lui dire. Elle a promis venir mais elle n’est jamais venue.

L’heure est grave ils ont décidé de nous tuer en déplaçant la décharge à nos portes ; là où les gens habitent. On a tout fait, il parait qu’ils vont prendre les armes maintenant pour l’installer. Votre artiste que je suis il y a aussi l’ qui s’est débrouillé pour avoir un petit toit nous sommes victimes de tout ce qui va se passer. Si jamais nous ne sommes plus là, n’accusez personne parce que notre gouvernement a décidé d’envoyer la décharge chez nous pour nous tuer.

Propos retranscrits par Karina Fofana

Nouvelle Cité ADO de Yopougon: Les riverains sur le pied de guerre, ce qu’ils reprochent à Anne Ouloto

Personnalités liées avec l’article