Deal Ouattara – Gbagbo : Katinan Koné recadre Jeune Afrique, « Koudou n’a jamais été approché par Mahamadou Issouffou »

The Appeals Chamber of the International Criminal Court (ICC) held a hearing on 6 February 2020 to hear observations on the application of Mr Laurent Gbagbo of 7 October 2019, requesting the Appeals Chamber to reconsider its judgment of 1 February 2019 which imposed conditions on the release of Mr Laurent Gbagbo and Mr Blé Goudé following their acquittal.

Koné Katinan fait des précisions suite à l'information indiquant que Ouattara voulait gracier Gbagbo une fois réélu.

Le 10 septembre 2020, le journal a mis en ligne un article intitulé « Côte d'Ivoire : ce que Alassane propose à  ».

Dans cet article, repris par plusieurs journaux et plusieurs sites d'information, Jeune affirme que le Chef de l', monsieur Ouattara, a commis le Président de la République du , son Excellence , comme intermédiaire à l'effet de négocier la neutralité du Président Laurent GBAGBO dans le scrutin présidentiel du 31 octobre 2020.

En contrepartie de cette neutralité, le Chef de l'Etat ivoirien s'engage, une fois réélu à gracier le Président Laurent GBAGBO « de la peine de vingt de prison dont il a éé dans l'affaire de casse de la  » .

Le dimanche 13 septembre 2020, monsieur Marwane Ben Yahmed, Directeur de publication du journal Jeune Afrique, a maintenu ces affirmations dans une interview qu'il a accordé à monsieur Norbert Navarro de Radio Internationale ().

LIRE AUSSI : Katinan Koné au Gouvernement RHDP : « les croissances économiques de ces 10 dernières années vont passer devant le jury du covid-19 »

Bien qu'ayant affirmé que le Président Laurent Gbagbo avait rejeté cette offre, il n'en demeure pas moins que l'article en question est totalement mensonger.

En effet le Président Laurent GBAGBO n'a jamais été approché ni par le par le Président Mahamadou Issouffou, ni par tout autre émissaire du Chef de l'Etat ivoirien pour entamer des négociations sur l'affaire mentionnée par Jeune Afrique.

De façon plus générale, le Président Laurent GBAGBO n'a jamais eu de contact, ni directement, ni par personne interposée, avec le Chef de l'Etat ivoirien, pour quelque sujet que ce soit depuis le 11 avril 2011.

LIRE AUSSI : Usurpation de « Nord Sud » : Mamadou Traoré répond à Meité Sindou, « sans Soro, ce patrimoine dont tu te prévaux n'existerait pas »

Par ailleurs, il est important de relever que la condamnation ci-dessus mentionnée, que la quasi totalité du peuple ivoirien et le Président Laurent GBAGBO réprouvent du fait de ces caractères injustes, arbitraire et politiquement orienté, ne peut en aucun cas constituer, ni un moyen de chantage contre lui, ni un moyen de change de ses choix politiques pour le Président Laurent GBAGBO.

Au demeurant, il est évidemment absurde de demander la neutralité du Président Laurent GBAGBO dans l'élection à laquelle il est lui-même candidat déclaré.

Ligue 1 française : l’OM s’impose face au PSG lors de la 3e journée

Marche contre Ouattara : situation tendue à Bangolo, la voie nationale coupée ce 14 septembre