DJ Arafat parle encore : « Jamais je n’ai reçu un soit-transmis du procureur, je ferai appel »

DJ Arafat clame qu'il fera appel de la décision de justice le condamnant à 12 mois de prison ferme
DJ Arafat clame qu'il fera appel de la décision de justice le condamnant à 12 mois de prison ferme

clame qu’il fera appel de la décision de justice le condamnant à 12 mois de prison ferme, tout en relevant certaines tares de la justice ivoirienne. Ci-dessous l’extrait de sa dernière déclaration fait dans la nuit du samedi 16 mai 2018. justice.

« Jamais de la vie, je n’ai reçu un sois transmis où il y a mon nom, où j’ai été convoqué par le procureur et je ne suis pas allé. Vous étiez là, ils ont dit que je ne suis pas allé au commissariat du 22ème arrondissement d’Angré, pourtant je m’y suis pointé. J’ai donné ma version, on m’a auditionné, j’ai expliqué et l’affaire a suivi son cours. Quand la famille de (le jeune homme bastonné, NDLR) doit donner un document, ils ne vont jamais voir mon avocat or, ils connaissent son numéro. Ils ne donnent de document à personne. Ils font ce qu’ils ont à faire.

A lire aussi. DJ Arafat réagit après sa condamnation à 12 mois: « Je voulais lui donner un exemple de correction… »

Donc, c’est normal que la justice ne voit jamais la tête d’Arafat. Mais mon avocat était au rendez-vous à chaque fois, il partait me représenter. Parce que je bouge beaucoup à cause des concerts. Je vais profiter des 20 jours qui sont devant moi pour faire appel et nous allons poursuivre la procédure. Si le juge qui est en charge de l’affaire est compréhensif, nous aurons l’occasion de donner la version de ce qui s’est passé ».

DJ Arafat justice, vidéo et maltraitance

Image extraite de la vidéo postée sur les réseaux sociaux par l'artiste
Image extraite de la vidéo postée sur les réseaux sociaux par l’artiste

DJ Arafat a été condamné, par un tribunal d’Abidjan, le vendredi 25 mai 2018, pour coups et blessures volontaires, maltraitance sur un adolescent mineur qu’il avait recueilli chez lui et qui était parmi ses danseurs.

L’affaire remonte à janvier 2018. L’artiste avait publié une vidéo rapidement devenue virale, où on le voyait en train de torturer le jeune garçon, complètement nu et couché sur le ventre à même le sol.

L’artiste réputé mythomaniaque avait expliqué par la suite qu’il avait agi ainsi, parce qu’il avait surpris le jeune homme, en train de fumer de la drogue. « J’ai voulu donner un exemple de correction à quelqu’un qui était comme un fils pour moi, qui est allé jusqu’à toucher la drogue, mais mon erreur a peut-être été de filmer ça », a-t-il indiqué.

Propos retranscrits par Prince Beganssou

Nayanka Bell parle : « On me condamne à payer 160 millions à des voleurs »

Personnalités liées avec l’article