En pleine tempête médiatique, Bendjo reçoit un soutien de poids pour son appel à la réconciliation

Noël Akossi Bendjo, maire du Plateau
Noël Akossi Bendjo, maire du Plateau

En pleine tempête médiatique, le maire du Plateau, a reçu ce mercredi 23 mai 2018, un soutien de poids : celui de l’Association des familles et femmes des détenus d’opinion () de Côte d’Ivoire (AFDDO), non pour l’affaire dans laquelle il est cité, mais pour son appel à la réconciliation nationale. Akossi Bendjo évasion fiscale.

Le maire du Plateau est accusé d’avoir ouvert un compte dans un paradis fiscal aux Bahamas. L’article publié dans un journal et un site ivoirien, donne des détails d’une opération qui remonterait à 1997. C’est dans ce contexte que, l’AFDDO, dans un communiqué signé de , sa présidente, s’est réjoui de l’engagement de certaines personnalistes politiques, pour la cause de la réconciliation.

A lire aussi : Bendjo appelle à la réconciliation et à la libération des prisonniers politiques

« C’est avec un réel plaisir et soulagement que nous entendons de vibrants appels émis par des leaders politiques et religieux, des membres du corps social et non des moindres, des hommes de média qui exhortent la libéralisation de nos détenus politiques », a indiqué Désirée Douaty.

Désirée Douaty, présidente de l'AFFDO
Désirée Douaty, présidente de l’

Celle-ci a remercié Noël « Akossi Bendjo, maire de la commune du Plateau, par ailleurs éminent cadre du PDCI-RDA, parti membre du RHDP, coalition au pouvoir, qui le 21 avril 2018, a appelé à la libération des prisonniers politiques. Cet appel, émanant pour la première fois d’un haut cadre du PDCI, a été pour nous un motif de réconfort ».

De Bendjo à Soro

Le communiqué s’est aussi attardé sur « le président de l’assemblée nationale , qui multiplie les appels en faveur d’une relaxation des prisonniers pro-Gbagbo ». Signalons que les autorités ivoiriennes continuent de nier l’existence de prisonniers politiques, dans les prisons ivoiriennes. Pour éviter les expressions qui fâchent, l’AFFDO a trouvé une parade qui fait mouche : parler de détenus d’opinions, pour éviter d’utiliser l’expression « prisonniers politiques » dont ne veut pas entendre parler .

Prince Beganssou

« Prisonniers politiques », Mamadou Koulibaly à Ouattara : « Simone et Lida ont tué combien d’agents de l’Onuci ? »

Personnalités liées avec l’article