Gendarme tué à Yopougon lavage: le film du meurtre raconté par le responsable des chauffeurs de cette gare

Suite à l’assassinat du gendarme, Bertrand Rouan, responsable des chauffeurs de la gare Yopougon lavage donne les origines de la bagarre et comment il a trouvé la mort.

Voici sa version des faits: « Depuis un certain moment, on a un problème avec Doumbia Dramane, le responsable des transporteurs à cause de la nouvelle ligne qui vient d’être créée. Ce dernier prétend que c’est lui qui a créé cette nouvelle ligne, donc il devrait encaisser tous les jours des transports. Cependant, depuis plusieurs jours aussi, nous essayons de rentrer en contact avec lui pour lui dire qu’il ne peut pas encaisser, mais il ne veut pas entendre de cette oreille.

A LIRE AUSSI: Gendarme tué à Yopougon, le Général de brigade prévient: « ce crime ne restera pas…

Pire, il me menaçait souvent en disant qu’il était prêt à donner 100 millions aux gens pour me faire du mal, sous prétexte que je lui tiens tête. Comme il ne voulait pas comprendre, j’ai dit à mes gars qu’on va surseoir la ligne d’Angré. C’est ainsi que ce dimanche, il a envoyé lui aussi ses éléments avec des machettes pour nous attaquer.

Étant un jeune du quartier et aussi gendarme, Gnaly Anderson a cru bon de jouer les médiateurs entre ces bandes rivales, en les interpellant d’un ton familier, sur leur comportement inapproprié. Il n’arrivait pas à concevoir ce genre de comportement entre nous. Je me suis approché pour lui dire de laisser cette histoire qu’on va régler cela.

A LIRE AUSSI: Côte d’Ivoire : Un gendarme tué par des « microbes » à Koumassi

Le calme revenu, le jeune gendarme va ainsi se restaurer dans un coin de vente d’Attiéké situé au centre de la gare. Là-bas, il est rejoint par plusieurs jeunes entre 5 et 6 selon les témoignages qui lui demandent si c’est lui le « négociateur ». Répondant par l’affirmatif et voyant l’allure menaçante des quidams, le jeune Gnaly sort son arme de service, chambre une balle et replace le pistolet dans son étui. Comme un éclair, le groupe fonce sur le gendarme après l’avoir assommé. Paire de ciseaux et couteau vont servir à le poignarder. Non content de cela, un des leurs se saisi de l’arme de l’infortuné et lui tire une balle dans la poitrine. Le coup qui part est fatal.

C’est la débandade dans la gare. Les criminels profitent de ce brouhaha pour prendre la poudre d’escampette en braquant un taxi avec l’arme du crime. Cependant, trois des cinq agresseurs ont été arrêtés, confirme une source policière. Jusqu’à ce jour, nous n’avons pas encore eu des nouvelles de Dramane qui s’est enfui lorsque le coup est parti», Signé Bertrand Rouan.

Personnalités liées avec l’article