Guikahué: « tous ceux qui sont partis du PDCI, c’est Ouattara qui les paye »

Guikahué
Guikahué

a une nouvelle fois dit tout le bien qu’il pense de ses anciens camarades du aujourd’hui .

Houphouët-Boigny a dit que quand vous voyez des enfants passés sous un manguier et y lancent des pierres, c’est que les mangues sont mûres. Donc ce qu’on subit, c’est la panique. Les gens ne savent plus comment faire. Les gens ont dit que le Pdci-Rda a été pris à 70%, que le Pdci-Rda a été vidé, désossé mais ces mêmes personnes commencent à voir la réalité et il y a l’un des responsables du Rhdp qui a dit dans un journal que c’est la crème qui est partie. Mais quand il y a la crème, c’est la mousse.

Une bière dans un verre, le liquide est plus important que la mousse. Et ils disent que ne sont restés au Pdci-Rda que le président, Guikahué, Djédjé Mady et Akossi Bendjo. Mais ce qu’ils oublient, c’est le président Bédié qui est le président du parti. Guikahué est le secrétaire exécutif en chef et joue le rôle de secrétaire général du parti, Djédjé Mady, ancien secrétaire général du parti, Akossi Bendjo, le patron de l’Organisation.

LIRE AUSSI: Mamadou Koulibaly: « Alassane Ouattara sera candidat en 2020 »

Donc si vous avez un parti où le président, le secrétaire, l’ancien secrétaire, l’organisateur sont en place, ça veut dire qu’il n’y a pas de drame. Ça veut dire que le parti est là. Je fais une analyse, un commentaire scientifique. Parce que quand nous avons des publications et qu’on fait des tableaux, on les commente. Quand on prend la colonne des vice-présidents. Curieusement, les vice-présidents qui sont partis, sont les vice-présidents qui sont en relation de travail avec le président de la République.

LIRE AUSSI : Présidentielle 2020: le RHDP prend du terrain dans le Hambol

Aucun vice-président libre n’a bougé. Si on dit qu’Edjampan est parti au Rhdp, si on dit que Zadi Kessy ou Yobouet Lazard, ou encore Djédjé Mady, Kakou Gervais sont partis, en ce moment-là, on va commencer à avoir des problèmes. Mais tous ceux qui sont partis, c’est Ouattara qui les paye à la fin du mois. Voici le commentaire que m’inspire le tableau.

Mais de toutes les façons, le 19 octobre, la Côte d’Ivoire verra que le Pdci existe. On va faire une démonstration de force. J’en dirai encore plus jeudi, mais on va à un meeting de vérité.

Personnalités liées avec l’article