CNO CIV : l’AG annulée, Palenfo convoqué par la justice

Palenfo AG CNO CIV. Selon un communiqué de Maître Anzoumana Siaka, Sécrétaire général de la FITKD, l’Assemblée générale du CNO CIV convoquée par Lansana Palenfo n’aura pas lieu ce samedi 17 mars 2018. Les raisons.

Que n’a-t-on pas dit sur les irrégularités et graves manquements liés à la tenue de l’Assemblée Générale (AG) du CNO CIV !

Quels conseils n’a-t-on pas donné à Lansana Palenfo, Coulibaly Siaka Minahaya, Alain Ekra, Kouakou Lucien, Nah Aminata Fofana, Namaman Fadiga Nadège, Kodja Cécile et autres, tous anciens dirigeants du CNO CIV, en démontrant par divers arguments que les conditions d’une bonne AG n’étaient point réunies et qu’il fallait discuter avec les acteurs du sport en Côte d’Ivoire pour organiser des élections crédibles et transparentes !
A quels textes, n’a-t-on pas fait référence pour attirer l’attention de ceux qui ont géré le CNO CIV pendant 20 ans des graves dérives qu’ils causaient !

Une audience le mardi 20 mars 2018

Et bien, par l’ordonnance N° 962 en date du 16 mars 2018, le Président du Tribunal d’Abidjan vient d’exiger des comptes à Lansana Palenfo et à ses ex. membres du Comité Exécutif en les convoquant à une audience le mardi 20 mars 2018 pour s’expliquer sur les manquements dont il est fait cas depuis maintenant deux mois. La conséquence de cette audience du 20 mars, est bien évidemment la suspension de cette AG élective programmée pour ce samedi 17 mars 2018.

Le bras de fer que Kouakou Lucien, Coulibaly Siaka Minahaya, Nah Aminata Fofana et consorts du CNO CIV ont voulu engager avec les fédérations sportives n’aura pas lieu ce samedi 17 mars 2018.

Une décision du Tribunal de Première Instance d’Abidjan

Le premier round du combat que Lansana Palenfo et ses ex. collaborateurs ont voulu livrer à tout prix à tous a été arrêté par décision du Tribunal de Première Instance d’Abidjan. Sur un ring ou un tatami, on dirait, arrêt du combat par décision de l’arbitre. Une première victoire de la Conférence Nationale des Fédérations Sportives de Côte d’Ivoire et du candidat Angbo Isaac.

Une situation honteuse qu’on aurait pu éviter si l’on avait prêté attention aux critiques et observations faites depuis bien longtemps. Le CNO CIV était tellement préoccupé par des missions dont il n’avait pas compétence et de se mêler aveuglement de ce qui ne le regardait pas qu’il est tombé dans le piège qu’il a tendu aux autres.

Le sort de Lansana Palenfo

La leçon de Djibouti n’a pas servi. La sanction du Général Palenfo à Abuja n’a alerté personne à Cocody Vallons à la maison olympique. Le sort de Lansana Palenfo entre les mains du Tribunal Arbitral du Sport n’a interpellé personne non plus. Les anciens dirigeants du CNO CIV se sont crus si puissants et si forts qu’ils n’ont écouté personne.

C’est dommage et triste qu’on soit arrivé à là, par la faute de Lansana Palenfo et les ex. membres du Comité Exécutif du CNO CIV. Par cette ordonnance N°962 du Président du Tribunal d’Abidjan, les Présidents des Fédérations sont informés qu’il n’y aura pas d’ASSEMBLEE GENERALE ELECTIVE ce samedi 17 mars 2018. Les Présidents des fédérations doivent saisir cette aubaine pour se retrouver et mettre en place un vrai Comité Adhoc pour la bonne organisation de cette AG.

Grand merci à la Conférence des Fédérations Sportives.

Que Dieu nous garde.

Fait à Abidjan le vendredi 16 /03/2018

LE SECRETAIRE GENERAL DE LA FITKD

Maître ANZOUMANA Siaka

Personnalités liées avec l’article