Le PDCI « attendait mieux » du discours de Ouattara ce 18 juin

Alassane Ouattara lors de son discours devant Congrès le 18 juin 2024
Alassane Ouattara lors de son discours devant Congrès le 18 juin 2024 © Crédit photo Sercom Présidence ivoirienne

Soumaïla Bredoumy, porte-parole du PDCI, a réagit au discours du président Alassane Ouattara ce mardi 18 juin 2024 devant le Congrès ivoirien.

Le Président de la République, Alassane Ouattara, a réaffirmé son engagement à poursuivre l'amélioration des conditions de vie de ses concitoyens, pilier de tout développement, ce mardi 18 juin 2024 à Abidjan devant le Parlement réuni en Congrès.

« Je tiens à vous rassurer que votre bien-être reste la préoccupation essentielle de mon action. C'est pourquoi, j'ai demandé au gouvernement de poursuivre ses efforts pour contrôler le coût d'électricité », a souligné .

Dans un discours de plus de 45 minutes, aux allures de bilan, treize ans après son arrivée au pouvoir, Alassane Ouattara a distribué les bons points à ses différents ministres, notamment sur les infrastructures réalisées ces dernières années.

La rédaction vous conseille

« J'attendais mieux. Il a décrit une situation, mais nous n'avons pas vu de perspectives », a de son côté réagi Soumaïla Bredoumy, porte-parole du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), principale formation d'opposition.

« Beaucoup de députés comme moi-même sommes restés sur notre faim. Le débat aujourd'hui c'est est-ce que le président Gbagbo est inscrit sur les listes électorales ou pas et est-ce que Ouattara envisage, comme tous les dictateurs africains, de faire un 4e mandat », a regretté Michel Gbagbo, député du Parti des peuples africains – Côte d'Ivoire (), la formation de son père.

Les derniers articles sur YECLO

Written by Mohammed Ouattara

Brice Laccruche Alihanga et Ali Bongo lors d'une rencontre au Palais

Procès de Brice Laccruche Alihanga : l’ex-bras droit d’Ali Bongo en attente de son sort

Compagnie ivoirienne d'électricité - CIE=

Ouattara vise un taux d’électrification de 100% à fin 2025 en Côte d’Ivoire