Les graves accusations de Soro : « Même des imams sont menacés à Ferké »

Guillaume Soro et Kaweli Ouattara, maire de Ferké

L’ex-président de l’Assemblée nationale, en meeting à , sa ville natale, ce vendredi 22 février 2019, a révélé que certains imams proches de lui, sont menacés, par des hommes du pouvoir RHDP. Une grave accusation pour laquelle, la réaction du pouvoir est attendue. Ci-dessous de larges extraits de son propos.

Soro a informé ses parents de sa démission forcée de l’Assemblée nationale et leur a demandé de ne pas être tristes de ce qui est arrivé. Par ailleurs il a dénoncé les menaces proférées à l’endroit des Imams de . « (…) Même des imams sont menacés à Ferké. Hé ! Ferké souffre mais tenez bon parce que Dieu est avec vous. Chers parents, c’est votre fils qui est venu vous dire ne pas être triste, de ne même pas vous fâcher. N’ayez aucune rancune, ceux d’entre vous qui étaient fâché, apaisez vos cœurs parce que je suis calme et apaisé.

Ceux qui veulent me voir pauvre, Dieu est là ; le peuple même est là. Parents de Ferké gardez la sérénité. Ce que Dieu a promis pour moi va se réaliser. Population de Ferké, gardez espoir, soyez dans l’espérance. Ce que le tout puissant a décidé se réalisera. Je veux que Ferké ouvre les bras aux autres régions de la Côte d’Ivoire. Je veux que Ferké tende la main de l’amour aux , aux , aux , à tout le monde, aux et aux qui sont là.

A lire aussi : Soro au RDR : « Ceux qui pensent qu’ils vont monter le Nord contre moi se trompent »

Ferké, donnez l’exemple, je vous en supplie. Ne dites pas de mot méchants. Ne soyez pas fâché, n’insultez pas ; n’agressez pas. Laissez les autres nous insulter. Laissez les autres se moquer de nous mais nous on sait d’où on vient. C’est pourquoi on sait où on va. Chers parents de Ferké, demain je serai à chez Bédié. Je vais aller le saluer. Maintenant je ne suis plus président de l’Assemblée j’ai mon temps. Je peux voir qui je veux. Je peux même dormir pendant deux jours à . Chers parents le Comité politique n’est pas un parti politique, ni un mouvement politique.

Quand un enfant nait, il apprend à s’asseoir après il apprend à se tenir debout, après il pose un premier pas, ensuite un deuxième pas. C’est ça le Comité politique. Demain j’irai expliquer le Comité politique au président Bédié et après je vais parcourir toute la Côte d’Ivoire pour leur expliquer. Je suis venu confier le Comité politique aux chefs traditionnels. J’ai rendu le tabouret, je veux le fauteuil ». Propos

Retranscrits par Karina Fofana