Paludisme à Séguéla : 58 décès enregistrés en 2023

Le paludisme en Côte d'Ivoire
Le paludisme en Côte d'Ivoire © Crédit Photo DR

Le district sanitaire de Séguéla a enregistré 58 décès dus au paludisme en 2023, un chiffre alarmant dans cette maladie dans la région.

Pour lutter contre ce fléau et protéger la population, une campagne de distribution de Moustiquaires imprégnées à longue durée d'action (MILDA) a été lancée ce mercredi 3 juillet 2024.

Le Dr Vé Blé Gérome, directeur départemental de la Santé, de l'Hygiène publique et de la Couverture maladie universelle (DD SHPCMU), a tiré la sonnette d'alarme lors d'une réunion de sensibilisation sur la distribution des MILDA. Il a révélé que parmi les 58 décès enregistrés, 48 concernaient des enfants de moins de cinq ans, une tranche d'âge particulièrement vulnérable à la maladie. Le paludisme représente d'ailleurs 26% des consultations dans le district sanitaire de , confirmant son poids important sur la santé des populations.

Face à cette situation préoccupante, le gouvernement ivoirien met les bouchées doubles pour enrayer la propagation du paludisme. La distribution gratuite de moustiquaires imprégnées s'inscrit dans cette dynamique. Comme l'a souligné le Dr Vé, ces moustiquaires constituent un moyen efficace de se protéger contre les piqûres de moustiques, vecteurs de la maladie.

La rédaction vous conseille

Le médecin a exhorté les autorités locales et les communautés à s'impliquer pleinement dans la réussite de cette campagne de distribution. Il a également insisté sur la nécessité d'une utilisation effective des MILDA par les ménages. En effet, c'est par une mobilisation collective et une implication individuelle que la lutte contre le paludisme pourra porter ses fruits.

Le paludisme, une maladie aux lourdes conséquences

Le paludisme n'est pas seulement une maladie mortelle, il a également un impact économique non négligeable. Selon le Dr Vé, il entraîne 40% de perte de productivité au niveau agricole et 42% d'absentéisme scolaire et en milieu professionnel. Enrayer la propagation du paludisme permettrait donc non seulement de sauver des vies, mais également de stimuler l'économie locale.

Un appel à la mobilisation collective

La lutte contre le paludisme à Séguéla est un combat qui nécessite l'engagement de tous. Les autorités publiques, les acteurs de la santé, les communautés et les individus doivent unir leurs forces pour que les moustiquaires imprégnées soient effectivement utilisées et que les gestes barrières contre les moustiques soient respectés. C'est ensemble que l'on pourra vaincre cette maladie et offrir un avenir meilleur aux populations de Séguéla.

Les derniers articles sur YECLO

Written by Mohammed Ouattara

Samuel Eto'o, le président de la FECAFOOT

Coup dur pour Samuel Eto’o : le président de la FECAFOOT sanctionné par la CAF

Rencontre la Ministre Nassénéba Touré et une délégation de l'Université Harvard le 2 juillet 2024

Autonomisation des femmes et protection de l’enfance : Harvard salue la vision du ministère et s’engage à collaborer