Putsch manqué au Burkina Faso: la femme de Diendéré impliquée et reconnue coupable

La femme de l’ex patron du , , a été condamné, ce 3 septembre 2019, à 30 ans de prison pour le putsch manqué au Burkina Faso.

Elle a été reconnue coupable des faits de complot contre l’Etat, complicité d’attentat à la sûreté de l’État, meurtre, coups et blessures volontaires. Selon les juges militaires burkinabé. Elle a dans une communication téléphonique après la chute de , suggérée à son époux de créer une rébellion à partir de la zone de Pô (sud du Burkina) quand elle a su que l’échec du putsch était évident et qu’il encourait la peine maximale.

A LIRE AUSSI: Coup d’Etat manqué 2015 Burkina: lourdes peines de prison pour Gilbert Diendéré et Djibril…

En outre, selon toujours les juges, elle a remis la somme de 10 millions de FCFA à deux putschistes, le colonel Bamba Mamadou et Traoré Abdoul Karim André, pour d’autres actions en vu de garder le pouvoir d’Etat. Cette femme, a été présentée comme la tête pensante du Conseil national de la démocratie.

Faut-il le rappeler, Fatoumata Diallo est ancienne maire de la commune de Baskuy, un arrondissement de la capitale. Mme Diendéré a ensuite été élue à l’Assemblée nationale en 2002, et réélue jusqu’en 2012 dans sa circonscription dans la province du Passoré (nord) pour le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP). Ce parti est celui de l’ancien président Blaise Compaoré, chassé par la rue lors de l’insurrection d’octobre 2014 après 27 ans au pouvoir.

Personnalités liées avec l’article