Riviera Bonoumin : Quand l’Etat veut démolir sans explication, des habitations possédant des titres fonciers

Démolition des portails de cocody

Sans délai, des résidents de , sous-quartier de la Rivieria, sont sommés de quitter les lieux. L’État procédera au déguisement et à la démolition des habitats à sous peu. Telle est en substance, le contenu de la mise en demeure reçue par des riverains, le lundi 20 août 2018.

Raisons évoquées sur l’acte administratif délivré par le ministère de l’Assainissement et de la salubrité, ces habitations se trouveraient sur les emprises des réseaux et ouvrages d’assainissement et de drainage. Aux dires des riverains, ces démolitions se feront sans dédommagement et relocalisation pour les nombreuses familles. Certes, il s’agit ici de la préservation de vies humaines, toutefois ces démolitions à venir soulèvent quelques interrogations.

« Que fait-on des futurs déguerpis en cette période de rentrée scolaire ? »

Mise en demeure de démolition des quartiers de Bonoumin

Toutes ces résidences sont-elles concernées par la mesure ? Que dit le tracé lors de la viabilisation desdits sites en 1980 ? Les habitations installées sur le passage naturel de l’eau ne sont-elles pas connues ? Que fait-on des futurs déguerpis en cette période de rentrée scolaire ? Autant de questions qui méritent des éclairages.

A lire aussi : Blue Rock, Orca Déco et Pharmacie Riviéra 3, etc. : Le curieux silence des propriétaires

Pour rappel, après les inondations de juin dernier qui ont fait 20 décès et plusieurs sinistrés, l’Etat a décidé en Conseil des Ministres de prendre le taureau par les cornes. Toutefois, il ne saurait avoir d’abus ou d’excès dans l’application de la mesure gouvernementale.

Les prochains déguerpis possèdent pour certains des titres fonciers légalement acquis et y ont investi toute une vie de travail. Devenir propriétaire à reste un défi qu’il n’est pas aisé à relever. Une fois de plus, l’État est interpellé.

Elvire Ahonon

Inondations à Abidjan : La leçon de gouvernance de Mamadou Koulibaly à Ouattara