Sidi Touré formel : « il n’y a pas de prisonniers politiques en Côte d’Ivoire »

Selon le porte-parole du gouvernement, le ministre Sidi Touré, « il n’y a pas de prisonniers politiques, ni de prisonniers d’opinion en Côte d’Ivoire ».

Le Gouvernement a réalisé beaucoup pour la réconciliation, la consolidation de la paix et le vivre ensemble. Aujourd’hui notre pays est en paix et en sécurité. L’implication des chefs religieux a été d’ailleurs d’une importance capitale à cet effet. Cependant, les enjeux actuels appellent que les prises de positions soient mesurées. J’ai effectivement pu lire « Prisonniers politiques et d’opinion » dans ladite déclaration et j’aimerais simplement relever que la qualité de politicien ne nous dédouane pas du fait que nous sommes tous des justiciables. D’autant plus quand il s’agit de flagrant délit d’atteinte à la sûreté de l’Etat.  Il n’y a pas de prisonniers politiques ni de prisonniers d’opinion en Côte d’Ivoire. Il faut que cela soit bien clair.

LIRE AUSSI : Après l’amnistie de Simone et Lida, Affi à Ouattara ; « Dégelez maintenant les comptes bancaires »

Ce n’est pas juste de dire que les résultats des travaux de cette institution ont été abandonnés. Le président de la République a toujours mis au cœur de son action la sécurité des populations et la réconciliation. C’est dans ce contexte que la loi d’amnistie permettant la libération de 800 prisonniers civils impliqués dans la crise post-électorale a été prise en 2018.

LIRE AUSSI : La réponse du camp Soro après la levée de l’immunité de ses députés : « la crise préélectorale que le régime Ouattara crée augure des vents mauvais pour la Côte d’Ivoire »

N’oublions pas qu’il y a eu 3 000 morts et des milliers de victimes dans cette crise. Nous devons à ces familles compassion et assistance. Il faut se prémunir définitivement contre la répétition de tels drames dans notre pays. Nous ne pourrons pas aboutir au pardon sans passer par la justice.

Personnalités liées avec l’article