Tabou: 20 cas de viols enregistrés en 2018

a révélé que la ville de a enregistré 2018, 20 cas de viols la plupart sur des filles de moins de 18 ans.

« Parmi les 20 filles violées, 19 ont moins de 18 ans et sont en grande majorité des élèves du secondaire ou du primaire et la moins âgée des victimes a cinq ans», a expliqué M. Adjoumani, jeudi, lors d’un atelier de formation des leaders communautaires locaux sur la violence basée sur le genre (VBG) tenu au complexe socio-éducatif.

Il a déploré, par ailleurs, le comportement des parents des victimes qui optent de façon générale pour les règlements à l’amiable alors que « le viol est un crime dont l’auteur doit prendre au moins 10 ans de prison ».

LIRE AUSSI: Scandales sous Ouattara: affaire 600 millions des déchets toxiques, que dit Adama Bictogo ?

« Evitez de protéger les bourreaux de vos enfants. Leur place est en prison parce que le viol est un crime qui traumatise à vie et qui est sévèrement puni par la loi », a conclu le directeur du centre social de Tabou.

LIRE AUSSI: Bouaké: l’étudiant dealer prend 5 ans de prison ferme

Cet atelier a vu la participation des guides religieux, des chefs de communautés, des associations de jeunes, de femmes et des chefs traditionnels. Cet atelier de formation, organisé par la plateforme locale de lutte contre les VBG comprenant une vingtaine d’associations, a bénéficié de l’appui financier du Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUAP).

Personnalités liées avec l’article