Tabou: mise en place d’un comité de lutte contre l’orpaillage clandestin

, préfet de , a eu des rencontres avec les forces de sécurité et les populations dans le la lutte contre l’.

« Ces comités qui seront mis en place dans les jours qui suivent, sont composés des sous-préfets, des chefs traditionnels, des responsables des jeunes, des femmes et de ceux de la direction régionale des mines. Ils auront pour rôles de sensibiliser les populations contre les dangers de l’orpaillage clandestin qui exploite, de façon anarchique, les ressources du sous-sol en utilisant parfois des produits dangereux et nuisibles à la santé comme le mercure », a expliqué vendredi M. Coulibaly.

Il a souligné que ces comités sous-préfectoraux veilleront en outre à ce que les orpailleurs clandestins qui seront déguerpis par les autorités locales, ne reviennent plus sur les sites et à empêcher l’arrivée de nouveaux orpailleurs.

A LIRE AUSSI : Odette Lorougnon à Tabou: « apprêtez-vous notre objectif est de gagner l’élection 2020 »

« Pour accompagner tout cela, un arrêté administratif a été déjà signé obligeant les orpailleurs à cesser immédiatement toute activité et à quitter la zone de Tabou », a-t-il précisé, avant d’inviter les opérateurs de ce secteur à se mettre en règle pour éviter ainsi de subir la rigueur de la loi.

Plusieurs sites d’orpaillage clandestin existent dans le département de Tabou, précisément dans les villages de Gauzon, Béoué, dans la sous-préfecture de Djouroutou et le long du fleuve Cavally, frontière naturelle entre la Côte-d’Ivoire et le Libéria. «Nous devons ensemble combattre et mettre fin à l’orpaillage clandestin qui est une réalité dans le département de Tabou » a lancé le préfet de Tabou.

Personnalités liées avec l’article