Un Ivoirien vole la nationalité guinéenne à Conakry : « Pouvais-tu te livrer à une telle activité en Côte d’Ivoire ? », lui demande un colonel guinéen

Koffi Grépin alias Mohamed Kéita, arrêté à Conakry

L’Ivoirien arrêté à , le vendredi 15 mars 2019, par les . A cette occasion, le colonel l’a interrogé devant les caméras de journalistes guinéens. Nous vous proposons les échanges retranscrits par .

Interrogé, l’Ivoirien Koffi Grépin qui s’est procuré frauduleusement de la  carte d’identité nationale guinéenne sous le nom de ‘’’’, a déclaré qu’ils sont arrivés en il y a juste un mois. «Nous aidons les gens à obtenir des visas pour voyager. Pendant que nous sommes en train de traiter les dossiers, nous avons été interpellés par les services spéciaux de lutte contre la drogue et le crime organisé», a-t-il déclaré.

Sur la question comment il a obtenu la carte d’identité nationale guinéenne alors qu’il est Ivoirien, Koffi Grépin répond: «c’est quand j’ai voulu créer mon entreprise que j’ai changé mon nom. Parce qu’on m’a dit qu’il faut être Guinéen pour être à la tête d’une entreprise guinéenne. Je suis allé dans un commissariat et j’ai suivi la procédure pour obtenir la carte d’identité nationale. Bien avant, j’ai été prendre un extrait d’acte de naissance.»

A lire aussi. Fake des pro-Ouattara : Le Président ivoirien n’était pas seul à la table de Macron

Est-il détenteur d’une entreprise au compte de laquelle M. Koffi Grépin délivre les documents d’attestation de congé ? A la question, monsieur Grépin répond par la négative. «J’utilise le nom d’une société pour élaborer des attestations de congé avant de faire rentrer les gens dans les ambassades. Je ne suis ni autorisé et je ne suis ni dans aucun consulat et encore moins, relever du ministère de Affaires Etrangères», a-t-il précisé.

Le Colonel Tiégboro, visiblement estomaqué par les faits, a demandé à M. Grépin s’il peut se livrer à une telle activité en Côte d’Ivoire, son pays d’origine. Son interlocuteur a répondu froidement, non!

Alors pourquoi alors tu le fais en Guinée, n’est-ce pas pour ternir l’image de notre pays, revient à la charge le patron des Services spéciaux, le Colonel Tiégboro.

-Quand tu es pris avec les documents guinéens ailleurs, est ce que tu es considéré comme ivoirien ?  Le prévenu répond par non.

 -Quand tu commets une infraction, es-tu guinéen ou ivoirien ? A cette autre interrogation du colonel Tiégboro, l’ivoirien répond qu’il est considéré comme citoyen ‘’guinéen’’.

L’intégralité de l’article à lire en cliquant sur ce lien