Une nouvelle étude montre que les premières souches de coronavirus d’Italie ne provenaient pas de Chine – Actualités 23/07/2020

avion

ACTUALITES , 23 juillet 2020 (Yeclo avec Xinhua) — Les premières souches de qui se sont propagées dans la région italienne de la Lombardie ne provenaient pas directement de , selon une nouvelle étude.

Après avoir analysé plus de 300 échantillons de sang de patients infectés en Lombardie entre février et avril, des chercheurs ont constaté que cette variation du virus était fréquemment observée dans les pays europé, à savoir les , la et la , mais pas en Chine, selon un article non révisé par des pairs publié lundi sur medRxiv, un site de pré-publication d'études scientifiques.

L' a été le premier pays au monde à avoir suspendu tous les vols en provenance de Chine après l'épidémie qui s'y est déclarée en décembre 2019. Mais le séquençage du génome a suggéré « une chaîne de transmission n'impliquant pas directement la Chine », ont indiqué dans cet article des chercheurs, sous la direction du professeur Carlo Federico Perno de l'Université de .

Ils ont analysé l'ensemble du séquençage du génome de 371 échantillons collectés auprès de patients présentant des symptômes variés, allant de légers à graves. Ces patients résidaient dans les 12 provinces de Lombardie, la région qui a signalé plus d'un tiers des cas de de toute l'Italie.

Les scientifiques ont découvert que les souches appartenaient à deux lignées distinctes, chacune jouant un rôle dominant dans certaines provinces, mais qu'elles « ne contenaient pas de souches virales isolées dans les premiers mois de l'épidémie en Chine ».

Il aurait pu y avoir « plusieurs introductions » du dans la région de Lombardie, ont déclaré les chercheurs, ajoutant que ces souches formaient des foyers relativement isolés dans différentes zones. Les virus pourraient provenir d' centrale, où des souches présentant des mutations similaires avaient été détectées, selon l'étude.

Le document suggère que ces souches pourraient être entrées en Italie dans la seconde quinzaine de janvier, un mois avant la découverte du premier à Codogno, en Lombardie, le 20 février.

Le site d'information Sputnik avait rapporté lundi que l'Institut Skolkovo des sciences et de la technologie (Skoltech) a constaté qu'il y avait au moins 67 souches de coronavirus se propageant dans différentes villes de entre fin février et début mars.

Après avoir analysé le séquençage du génome des échantillons collectés, les chercheurs ont découvert que les virus à l'origine de l'épidémie de nouveau provenaient principalement d'Europe plutôt que de Chine, a indiqué Skoltech à Sputnik. Fin

Written by Yeclo avec Xinhua

Présidentielle d’octobre 2020: Le PDCI et le FPI unis dans le Tonpki

Fusée chinoise : la plus rapide porte le rêve d’exploration de l’espace lointain