Des pro-Ouattara brûlent des pneus sur la chaussée à Abobo, LIDER au procureur : Qu’attendez-vous, « c’est un flagrant délit »

Des pro-Ouattara brûlent des pneus sur la chaussée à Abobo

Dans la commune d’, des populations sont sorties pour exprimer leur mécontentement de la décision de liberté de et de Charles , mercredi 16 janvier 2019, Liberté et Démocratie pour la République (), le parti de lance un appel au procureur.

«Nous signalons au maire d’Abobo, également ministre de la défense, Hamed Bakayoko, qu’en ce moment, devant sa mairie, des gens bloquent les rues et brûlent des pneus qui détériorent la chaussée, sans qu’aucun élément de la gendarmerie, de la police, de la police municipale, des CRS, des anti-émeutes, des pompiers n’interviennent.

Nous attirons l’attention du procureur de la République sur le fait qu’il s’agit là d’un flagrant délit de graves troubles à l’ordre public, dont les auteurs et instigateurs doivent être poursuivis avec célérité et sévérité. Nous faisons remarquer au ministre de l’intérieur que des manifestations non autorisées contre la libération de Laurent Gbagbo ont eu lieu ce matin à Abobo-la-guerre, sans aucune répression.

Nous en déduisons que le droit de manifestation a été rétabli en Côte d’Ivoire et que l’on peut dorénavant manifester librement et spontanément contre le code électoral, contre la cherté de la vie, contre la non installation des maires, contre la non poursuite des auteurs des massacres de Duekoué et Nahibly, sans pour autant être gazés, matraqués ou dispersés».

A lire aussi : La FIDH après la libération de Gbagbo : « C’est décevant, c’est l’impunité totale »

Notons que le 15 janvier 2019, la Chambre de Première Instance de la (), a pris la décision de libérer et d’acquitter Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé. Ils étaient accusés de crimes contre l’humanité suite à la crise post-électorale de 2010 au cours de laquelle il y a eu 3000 morts.

Roxane Ouattara