San Pedro : le chef de classe qui a battu son prof de 64 ans exclu « temporairement »

L’élève qui avait violemment battu son professeur de 64 ans, au lycée moderne Inagohi de San Pedro, a écopé d’une « exclusion temporaire » de quinze jours.

Le lycéen nommé T. D., chef de la classe de seconde C5, a été sanctionné lundi par le Conseil de discipline du lycée. Trois autres élèves indiqués comme des « complices » ayant incité T. D. à commettre cet acte, écopent de la même sentence, a confié à l’AIP, le proviseur, .

Durant les quinze jours d’exclusion, ces élèves devront exécuter des « travaux d’intérêt public » au sein du lycée, notamment le nettoyage des classes et de la cour de l’école, le rangement des tables-bancs, précise le proviseur.

Ces quatre élèves ont également reçu « un blâme en conduite avec la note de 3/20, au titre du 2ème et du 3ème trimestre, accompagné d’une mise en sursis qui implique qu’en cas de récidive, ils seront immédiatement radiés des effectifs du  ».

A LIRE AUSSI : San Pedro : le chef de classe bat copieusement son professeur de 64 ans en plein cours

Cet incident survenu le 6 mai 2019, avait suscité la colère des personnels enseignant et administratif du lycée, qui avaient observé un arrêt de travail le 10 mai, rappelle-t-on.

Cinq jours d’exclusion avec une note de 5/20 en conduite

Trois autres élèves enregistrés sur la liste des « perturbateurs » présentés par le chef de classe le jour des faits, ont quant à eux écopé de « cinq jours d’exclusion, d’un blâme en conduite avec une note de 5/20, des corvées et travaux d’intérêts publics au lycée durant cinq jours ouvrables ».

Tous les élèves de la classe de seconde C5 ont également été sanctionnés par le Conseil de discipline avec « une corvée » de trois après-midi où il n’y a pas cours, un avertissement en conduite avec la note de 8/20, à l’exception de quatre jeunes filles.

« Le conseil a estimé que l’ensemble de la classe est fautive pour n’avoir pas assisté leur enseignant en danger pendant qu’il était à terre en train d’être malmené par le chef de classe, hormis ces quatre jeunes filles qui ont couru chez l’éducateur et le censeur solliciter l’intervention de ceux-ci ». Elles n’ont donc pas été sanctionnées. Les autorités de la ville, notamment le préfet et le maire ont exprimé leur solidarité et compassion à l’enseignant sexagénaire.