2020 en Côte d’Ivoire: les prêches contre les « boussoumani » ont déjà commencé dans les mosquées

« Ne perdons le Nord », une analyse du magistrat, Grah Ange Olivier dans l’affaire Guillaume Soro, l’ex-PAN de Côte d’Ivoire serait un djihadiste ou un terroriste.

Comme on dit qu’il n’y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir ou plus sourd que celui qui ne veut pas entendre, il n’y a pas plus malhonnête que le politicien ou son envoyé qui veut dénigrer son adversaire. Laissez nous interpreter par nous-même ce que nous avons entendu ou lu des déclarations de l’ex-PAN à Milan. Il n’a vraiment pas tort de vous traiter vous et pas tous les musulmans comme vous l’affimez, de djihadistes.

Depuis qu’il a quitté vos rangs pour rejoindre l’opposition, la peur de l’ivoirité n’étant plus suffisante pour conserver l’électorat du nord vous brandissez l’argument religieux pour essayer de contenir la saignée opérée par sa désaffection. Vous pensez que nous n’avons pas compris le sens de l’amour soudain des dirigeants du RDR pour les pélérinages au cours desquels, ils se conduisent plus comme des vedettes de cinema sous les projecteurs des paparazzis que comme de pieux fidèles accomplissant le 5e pilier de l’islam ou encore les nombreux séjours récents de votre mentor au Moyen-Orient, qui participent de cette démarche.

LIRE AUSSI: Soro depuis Milan: « Allez dire à Gbagbo de se réconcilier avec Affi et avec Simone, s’il réunit son camp, il sera fort »

Sachez qu’on a saisi également le sens de votre discours dans les mosquées et sur les réseaux sociaux en violation de la loi pénale faisant la promotion de l’idée suivant laquelle les musulmans doivent tout faire pour garder le pouvoir et empêcher qu’il revienne aux « boussoumani ». Comment peut-on appeler le fait d’oeuvrer pour convaincre les musulmans qu’en agissant pour conserver le pouvoir, ils agissent en fait pour protéger la communauté musulmane et partant leur religion ? C’est une forme de djihadisme. Ce qui est le plus grave c’est l’irresponsabilité qui s’induit d’une telle attitude, vu les enjeux, les fragilités du moment dans la sous-région.

LIRE AUSSI: Voici pourquoi Kadhafi a soutenu la rébellion en Côte d’Ivoire

Comment peut-on, en effet, prendre le risque de mêler en ces temps menaçants, islam et lutte pour la conservation du pouvoir ? Au moment où le djihadisme est à nos portes et fait des ravages dans les pays voisins, il est plus que dangereux, uniquement pour lutter contre un adversaire politique, de faire insidieusement la promotion dans la communauté musulmane de l’amalgame selon lequel c’est défendre sa religion de se battre pour conserver le pouvoir.

LIRE AUSSI: Journée nationale de la paix à Yopougon: Ouattara dans le fief de Gbagbo pour demander pardon ?

Cela est d’autant plus grave, qu’engluer dans cette stratégie dangereuse de lutte pour le pouvoir, l’ivorien ne vous voit prendre aucune disposition matérielle et juridique pour nous prémunir du péril qui est à notre porte. Il ne faut vraiment pas perdre le nord, la fin ne justifient pas toujours les moyens, surtout lorsque cela implique le destin de plus de 25 millions d’âmes.

Personnalités liées avec l’article