A Bassam, la CEI cherche comment sécuriser la présidentielle de 2020

Un atelier pour des élections sécurisées et un excellent taux de participation en 2020 se tient à Bassam à l’intention des acteurs politiques et la .

Ouvert, mardi, cet atelier co-organisé par la , NDI et USAID, vise à identifier les perspectives d’actions communes des participants en vue de garantir la participation accrue des populations et la sécurisation de l’élection présidentielle de 2020.

Spécifiquement, il est question d’établir un diagnostic partagé des enjeux de la sécurisation et de la participation des populations, en particulier des jeunes et des femmes, d’identifier des axes prioritaires d’actions en vue de les présenter aux décideurs publics.

LIRE AUSSI: « Que celui qui a des oreilles pour entendre entende. Pour nous, Gbagbo est notre candidat en 2020 »

Cet atelier qui s’achève, jeudi, traite de plusieurs thèmes à travers des panels à savoir le rôle des forces de sécurité dans le processus électoral en Côte d’Ivoire, la participation aux élections ivoiriennes depuis 1990 : bilan, défis, enjeux et perspectives etc.

Pour le vice-président de la Commission électorale indépendante (CEI), , la CEI a deux missions  principales, celle de garantir le droit de vote partout en Côte d’Ivoire et celle de garantir la liberté de battre campagne.

LIRE AUSSI: Comment le RHDP qui a perdu tous ses alliés, peut-il logiquement gagner une élection au 1er tour?

Le représentant résident de la  Fondation Friedrich Ebert, Thilo Schone a indiqué que les  élections sont les moments clés de la démocratie. « Cette opportunité est belle à saisir, il faut donc renforcer les capacités de tous les acteurs du processus électoral en vue des élections apaisées en Côte d’Ivoire  en 2020 », a-t-il expliqué.

Personnalités liées avec l’article