A Yopougon, l’enfant brûlé par son oncle : « il a pris une machette qu’il a mise dans le feu, il l’a placée sur tout le long de mon dos »

A Yopougon, Traoré Lacinan, l’enfant de 12 ans torturé par son oncle qui l’accuse d’avoir volé l’intelligence de ses enfants, s’est confié à Police Secours.

1h du matin, l’équipe de Police Secours est alertée du côté de Yopougon pour un cas de maltraitance aggravée sur un mineur. Nous nous rendons à Yopougon, précisément au District de Police de ladite commune. Rencontre est faite avec le Lieutenant Koné, dynamique et brave officier de Police qui confirme les faits.

À notre grande surprise, nous apercevons l’enfant et sa tante, ainsi que 2 autres enfants au sein du district. Eh bien, le Lieutenant Koné nous informe qu’il vient d’interpeller la dame complice de ces violences faites à l’enfant et qu’il restait juste à prendre l’auteur des actes qui a réussi à prendre la fuite avec l’aide de cette femme qui se trouve être son épouse.

SUR LE MÊME SUJET : Yopougon : un enfant brûlé par son oncle qui l’accuse d’avoir volé l’intelligence de ses propres enfants

Nous nous entretenons avec l’enfant pour en savoir d’avantage.
Voici son récit : « mon oncle est parti me chercher au Mali, pour venir fréquenter ici à Abidjan. Je suis en classe de CE2, il m’accuse d’avoir volé l’intelligence de ses enfants, parce que depuis ma classe de CP1 je suis 1er de classe. Quand mon résultat scolaire chute , je suis 4ème, sinon j’ai toujours été 1er ou 2ème ».

A la question de savoir avec quoi il a fait ces brûlures sur le corps du petit brillant, la réponse nous coupe le souffle.  » Il est venu le lundi soir [27 janvier 2020, NDLR] et m’a accusé encore une fois d’être un sorcier qui vole l’intelligence de ses enfants. Il a pris une machette qu’il a mis dans le feu, quand la machette chauffe jusqu’à devenir rouge, il la place sur tout le long de mon dos et le reste de mon corps. Je criais de douleur mais personne ne venait à mon secours, j’ai dormi avec le corps en feu ».

LIRE AUSSI : Alpha Blondy dans la Bagoué : « merci à mon grand frère, Ouattara. Maintenir la paix, c’est notre mission à tous »

Ces faits se sont passés le lundi soir [27 janvier 2020, NDLR].
Le mardi soir [28 janvier 2020, NDLR] le père indigne revient à la charge, et comme le petit n’est pas premier de classe pour rien, il use d’une stratégie pour s’échapper.
Nous l’écoutons :  » hier mardi, il est venu encore pour m’accuser d’avoir volé son portable, je lui ai dis que c’était pas moi qui avait son portable, il a encore chauffé sa machette, cette fois pour brûler mes lèvres, pensant à ma douleur de la veille, je lui ai fait croire que j’avais le portable et que je pouvais aller lui montrer où j’avais déposé.

Chemin faisant, je me suis échappé en courant, il m’a poursuivi mais grâce à Dieu, il n’a pas pu m’attraper.
Je me suis confié à un tonton dans une cours, et j’ai été envoyé au bureau du procureur ».

Quant à la dame, Madame Zou Odette, elle était complice de tous ces actes horribles commis sur l’enfant, mieux, c’est elle qui donna l’alerte à son mari à la vue du Lieutenant Koné et ses hommes afin que son mari puisse prendre la tangente.

LIRE AUSSI : 69 jours ou le temps des assassins : un documentaire pro-RHDP ressuscité à la veille du procès Gbagbo à la CPI

Nous quittons les lieux à 2h du matin, triste de voir un enfant maltraité de la sorte, mais encore triste de savoir que le Monsieur a réussi à s’échapper.
Le Lieutenant Koné nous a rassuré qu’il mettra tout en œuvre pour mettre la main sur ce criminel et en notre présence, une équipe a été mobilisée pour l’opération.

Par une stratégie que seul le Lieutenant Koné a le secret, nous apprenons avec joie ce matin que le criminel a été interpellé au petit matin dans sa cachette. Il s’agit du nommé Traoré Lancina, se disant tradi-praticien, domicilié à Yopougon Lokoua. Il rejoint donc sa femme et complice Zou Odette, se disant également tradi-praticienne.
Tous les deux ont été mis à la disposition des services compétents et seront déférés dans les heures qui suivent devant le Procureur.

C’est le lieu pour nous de faire une doléance à l’UNICEF, au service de la Première Dame et aux ONG, pour le suivi de ce brillant élève et cadre de demain.

LIRE AUSSI : Deux corps en putréfaction découverts à Yopougon

Nous remercions infiniment, la Direction Générale de la Police, Madame le Procureur de Yopougon qui a tout coordonné depuis son bureau, le District de Police de Yopougon avec une mention très spéciale pour ce brave et brillant officier, le Lieutenant Koné.
Bonne continuation à vous cher Mr.

Personnalités liées avec l’article