Abengourou : du progrès dans le dépistage du sida et de la tuberculose

A Abengourou en Côte d’Ivoire, près de 10 000 cas de VIH/Sida et 300 cas de tuberculose ont été dépistés en 2018 a révélé le directeur régional de la santé.

La prévalence du VIH/Sida dans la région de l’Indénié-Djuablin se situe à 2.7, soit un nombre estimé de 14 074 au 31 décembre 2018 parmi lesquelles 9 939 personnes ont été dépistées et connaissent leur statut sérologique, a révélé le directeur régional (DR) de la santé, Docteur Koffi Aka Charles.

Il l’a fait savoir mercredi à Abengourou, lors de la commémoration de la 32ème Journée mondiale de lutte contre le Sida couplée à la Journée mondiale de lutte contre la tuberculose.

« Du premier janvier au 30 septembre 2019, environ 1 168 nouvelles personnes ont été dépistées positives, soit un total cumulé à cette date, de 11 107 patients », a ajouté le DR de la santé. Au plan national, la prévalence en 2018 est estimée à 2.8 % soient environ 418 000 personnes vivant avec le VIH/Sida en Côte d’Ivoire.

LIRE AUSSI : Gon promet 900 millions pour soigner le SIDA dans le monde: où va-t-il trouver l’argent ?

Concernant la tuberculose, 309 cas ont été dépistés en 2018 avec 47 cas de co-infection Sida et tuberculose. « Nous avons enregistré un taux de succès de traitement de 84% et malheureusement déploré un taux de décès de 7 % et 4 % perdus de vue », a précisé le Docteur Koffi Aka Charles. Pour renforcer la lutte contre la tuberculose, un comité régional de lutte présidé par le préfet Fadi Ouattara a été installé lors la cérémonie de commémoration à la Mairie de d’Abengourou.

Le DR de la santé a rappelé que conformément à l’objectif de l’ONUSIDA, la Côte d’Ivoire s’est engagée à éliminer le VIH/Sida à l’horizon 2030. Pour y parvenir le pays doit réaliser l’objectif 90-90-90 en fin 2020.

LIRE AUSSI : Côte d’Ivoire: ce qu’il faut retenir du Conseil des ministres du mercredi 4 décembre 2019

« C’est-à-dire que 90 % des personnes vivant avec le VIH/Sida doivent connaître leur statut sérologique, 90 % des personnes connaissant leur statut doivent être mis sous traitement ARV et les 90 % sous traitement ARV doivent avoir leur charge virale durablement supprimée », a expliqué le Docteur Koffi Aka Charles. Il a souligné que la suppression de la charge virale a un double avantage : celui de permettre aux personnes séropositives de vivre en bonne santé et de réduire de « façon drastique » leur possibilité de contamination.

Au 30 septembre 2019, la région de l’Indénié-Djuablin est à 79 % pour le premier 90 et à 85 % pour le deuxième 90. Pour le troisième 90, la région est à 59 %, a fait savoir le DR de la santé. Il a exhorté les populations à se faire dépister tout en insistant sur la prévention et la prise en charge de deux axes stratégiques pour espérer éliminer la tuberculose et le VIH/Sida.

LIRE AUSSI : Lutte contre le SIDA : que fait la Côte d’Ivoire des 952,8 milliards des États-Unis ?

Le thème de la Journée mondiale contre la tuberculose 2019 est “Il est temps”. La Journée mondiale de lutte contre le Sida avait pour thème “Les communautés font la différence”, pour rendre hommage aux communautés pour leur rôle joué dans la riposte au VIH/Sida.

Personnalités liées avec l’article