Gon promet 900 millions pour soigner le SIDA dans le monde: où va-t-il trouver l’argent ?

a annoncé à Lyon ce 10 octobre 2019 une contribution de la Côte d’Ivoire de 892 millions de FCFA pour lutter contre le , la tuberculose et le paludisme.

Selon Amadou Gon Coulibaly, la Côte d’Ivoire à la lutte contre ces trois pandémies, à travers la mobilisation de ressources budgétaires de contrepartie, a augmenté d’un peu plus de 20% des subventions reçues.

Tout en réaffirmant l’engagement du gouvernement dans la lutte contre ces trois maladies, le chef du gouvernement a salué les efforts du Fonds mondial, qui depuis 2003, ont permis à la Côte d’Ivoire d’accomplir des progrès significatifs. Notamment la chute de la mortalité liée au VIH-SIDA, l’augmentation des patients sous traitement antirétroviral qui est passée de 16.155 en 2005, à 252.125 en 2018 et la prise en charge de 80% des femmes séropositives enceintes pour prévenir la transmission du virus mère-enfant.

LIRE AUSSI: Tuberculose en Côte d’Ivoire: situation préoccupante dans le Tonkpi

Pour ce qui est de la lutte contre le paludisme, Amadou Gon Coulibaly a souligné que le nombre de décès dû à cette pandémie a baissé de 65%. Il a également mentionné que le pays est parvenu à une couverture universelle en Moustiquaire Imprégnée à Longue durée d’action (MILDA).

Quant à la lutte contre la tuberculose, ce sont environ 20.000 patients tuberculeux qui sont dépistés et traités chaque année.

Le Premier ministre représente le président de la République, à cette Conférence de reconstitution des ressources du Fonds Mondial de lutte contre le VIH-SIDA, la tuberculose et le paludisme qui prend ce jeudi.

LIRE AUSSI: Akinwumi Adesina: pourquoi « Dieu a donné la lumière du soleil à l’Afrique »

Tous les trois ans, le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme organise une conférence de reconstitution de ses ressources financières.

A cette occasion, tous ses donateurs gouvernementaux et du secteur privé annoncent leur promesse de dons. Les dons collectés servent ensuite à financer directement des programmes de prévention et de lutte contre les trois grandes pandémies, qui tuent près de 2,5 millions de personnes chaque année.

Au total, 14,02 milliards de dollars devront  être versés au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, afin d’éradiquer ces trois maladies d’ici 2030. Plus de 70% des ressources du Fonds sont destinées au continent africain. Les premiers bénéficiaires sont le Nigeria, la Tanzanie, la République démocratique du Congo (RDC), le Mozambique et le Zimbabwe. Certains pays africains, comme le Nigeria ou l’Afrique du Sud, sont aussi des contributeurs.

LIRE AUSSI: Côte d’Ivoire: qui se cache derrière la condamnation de Jacques Mangoua ?

Mais la contribution des États du continent s’élève à moins de 1% du total des ressources de l’organisation. Le président Français, Emmanuel Macron dans son discours avait mis la pression sur plusieurs gouvernements, jeudi, pour réunir les 14 milliards de dollars nécessaires.

 «Je ne laisserai personne sortir de cette pièce ou quitter Lyon tant que les 14 milliards n’auront pas été obtenus », avait lancé le président depuis la tribune de la conférence de refinancement du Fonds mondial de lutte contre ces maladies, qui a rassemblé 700 participants depuis mercredi à Lyon.

Personnalités liées avec l’article