Affaire blocage des indemnités de Guillaume Soro: Touré Mamadou fait le grand déballage

Le ministre ivoirien porte-parole du , fait des précisions au sujet des indemnités dues à .

Ci-dessous, l’intégralité de son texte.

« A force de vouloir se jouer les victimes, on finit par être ridicule. Les affirmations du directeur de la Communication de Monsieur Guillaume Soro sur un prétendu blocage de ses indemnités viagères frisent une méconnaissance des textes ou relèvent purement de la mauvaise foi. Il devrait savoir que c’est à partir de 55 ans que l’on commence à bénéficier d’une rente viagère pour certaines personnalités. Par ailleurs, le Président Alassane Ouattara a commencé à toucher ses indemnités d’ancien Premier Ministre en 2000, quand Guillaume Soro était encore étudiant.

Il est bon de rappeler que Guillaume Soro touche la moitié de sa pension en tant que Premier ministre, depuis qu’il a quitté la Primature. Pourquoi la moitié? parce qu’il est député. Ce qui a été arrêté et non suspendue, c’est son traitement de président de l’Assemblée nationale.

A LIRE AUSSI: Mamadou Traoré sur le coup d’État de 1999: « ils n’ont jamais assumé leur implication »

Quand on n’est plus ministre ou président d’institution, on touche pendant 6 mois le traitement qu’on avait. Passé ce délai, on ne touche plus rien. Il faut aussi rappeler que pour les anciens présidents de la République, les anciens présidents ou chef d’institution, il n’y a pas de conditions d’âge. Le paiement de la rente viagères est automatique dès la fin de leur fonction.

A LIRE AUSSI: Gnamien Konan: « on n’a pas besoin de créer un ministère de la Riziculture en Côte d’Ivoire »

C’est le paiement de la rente viagères des anciens membres du gouvernement ou assimilés qui est soumis à une condition. Dans le cas Soro, il touche régulièrement la moitié de sa rente viagère de Premier ministre parce qu’il est député. Il devrait informer son Directeur de la Communication.

A LIRE AUSSI : Remaniement en Côte d’Ivoire: Ouattara se justifie

Apparemment toute leur stratégie politique aujourd’hui se résume à la victimisation sur fond d’intoxication et de manipulation ».

Personnalités liées avec l’article