Alassane Ouattara prévient Bédié: « Nul n’est au-dessus de la loi »

a condamné les propos du président du , Bédié sur les étrangers en Côte d’Ivoire le 12 juin 2019, lors du Conseil des ministres.

Le président de la République, Alassane Ouattara, a réagi aux propos du président du PDCI-RDA. Le chef de l’Etat a saisi le cadre du Conseil des ministres du mercredi 12 juin 2019 pour condamner ces propos et mettre en garde, . « Le Président de la République, SEM Allassane Ouattara, a condamné les propos de l’ex-Président en rappelant que nul n’est au-dessus de la loi. Il a invité l’ensemble de la classe politique et les leaders d’opinion à préserver la cohésion sociale et à promouvoir le vivre ensemble », révèle le communiqué du Conseil des ministres signé par le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, .

Alassane Ouattara prévient Bédié

A LIRE AUSSI : Orpaillage clandestin et fraude identitaire : Jean-Louis Billon et le PDCI persistent et signent

Pour rappel le président Bédié, recevant une délégation de son parti politique, en sa résidence de , le mercredi 5 juin 2019, Aimé Henri Konan Bédié, ancien Chef de l’Etat et président du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), a tenu les propos suivants : « … on fait venir des étrangers armés qui sont stationnés maintenant dans beaucoup de villages… »; « … il faut simplement que nous soyons conscients, car le moment venu, nous agirons, pour empêcher ce hold-up sur la Côte d’Ivoire, sous le couvert de l’orpaillage … », « d’autres ont fait venir clandestinement … surtout dans la commune d’; les gens rentrent, on leur fait faire des papiers … ».

A LIRE AUSSI : Augustin Dibi Kouadio: « avec Bédié, le PDCI n’est plus à la hauteur »

« … nous avons fait venir des étrangers dans nos plantations de café, de cacao; et ensuite, les gens se sont installés à leur propre compte, et aujourd’hui, ils agressent les planteurs ivoiriens et se disputent même la propriété des terres », « … il faut que nous réagissions pour que les Ivoiriens ne soient pas étrangers chez eux, car actuellement on fait en sorte que l’Ivoirien soit étranger chez lui. Mais les Ivoiriens n’accepteront jamais cela… ».