Bédié: « quand Mariam Traoré refuse le pouvoir aux « non-musulmans » c’est plus grave que l’ivoirité »

Henri Konan Bédié a traité les propos de Mariam Traoré, députée de Tengrela plus grave encore que l’ivoirité dans son interview accordée à Jeune Afrique.

Morceau choisi de l’interview:

En juin, vous avez été accusé de faire resurgir le discours sur l’ivoirité. Que répondez-vous ?
Il n’y a pas un seul mot d’ivoirité dans ce que j’ai dit. J’ai dit que les orpailleurs clandestins étaient des étrangers venus de pays voisins et qu’ils opéraient contre les intérêts du pays. Le plus grave, c’est qu’ils viennent armés. Même Alassane Ouattara a reconnu que l’orpaillage clandestin était un fléau pour la Côte d’Ivoire !

Vous avez aussi parlé d’invasion massive des étrangers et de leur enrôlement en vue des élections…
J’ai parlé de fraude sur la nationalité ivoirienne, c’est vrai. Il y a de fausses cartes d’identité qui ont été fabriquées à l’étranger. Des camions et des documents ont été saisis, tout cela a été prouvé par des enquêtes, mais leurs conclusions ont été rangées au fond d’un tiroir. Qu’a-t-on fait de ces faux ? Je ne sais pas, mais des responsables du RHDP [Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix, au pouvoir], comme Kobenan Kouassi Adjoumani, ont dit : « Au RHDP, nous n’avons pas peur d’enrôler des étrangers pour les élections. » Il a avoué. Il y a des inscriptions d’étrangers sur les listes électorales en vue des scrutins. C’est comme ça que le RHDP entend gagner en 2020, avec du bétail électoral.

A LIRE AUSSI : Soro de retour au RHDP ? « En politique, on ne ferme pas définitivement la porte »

Ce sont des imputations graves, vous les renouvelez donc ?
Oui. Quand une élue RHDP [Mariam Traoré, députée de Tengrela, dans le Nord] dit qu’elle ne souhaite pour rien au monde céder le pouvoir à des non-musulmans, c’est plus grave encore que l’ivoirité. Et cette élue n’a pas été sanctionnée.

A LIRE AUSSI: Augustin Dibi Kouadio: « avec Bédié, le PDCI n’est plus à la hauteur »

Le climat politique en Côte d’Ivoire vous inquiète-t-il ?
Il est préoccupant. Regardez le dernier remaniement ministériel : on vient de composer un cénacle de 54 ministres [Premier ministre inclus]. Maintenant, il faut installer ces gens, leur donner quelques millions pour qu’ils se construisent une maison comme le veut la tradition, il faut qu’ils se constituent un cabinet, il faut leur trouver des locaux, des véhicules… Et tout cela pour faire main basse sur le budget de l’État et faire campagne pour leur patron.

Personnalités liées avec l’article