COSEFCI : les enseignants disent « NON » à Kandia et se mettent en grève à partir du mardi 28 janvier 2020

La Coalition secteur éducation/ formation de Côte d’Ivoire ( COSEFCI ) appelle les enseignants à observer la grève de trois jours du 28 au 30 janvier 2020.

LES FAITS

À la suite de l’audience que Monsieur KOUYATÉ Abdoulaye, Chef de Cabinet de la Ministre de l’Éducation Nationale, de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle, a accordée au Directoire de la COSEFCI le mercredi 8 janvier dernier, c’était au tour de Madame la Ministre KANDIA Camara, elle-même, de recevoir le Directoire le mercredi 14 janvier 2020, de 18h30 minutes à 20h45 minutes à la salle de conférence du Cabinet sis au 28e étage de la tour D.

Cette réunion, tout comme la première, faut-il le rappeler, avait pour objet, le préavis de grève déposé par la COSEFCI, faîtière syndicale de lutte. Après les salutations et civilités d’usage, Madame la Ministre a indiqué à l’endroit de la COSEFCI que la réponse du gouvernement à la revendication portant revalorisation des indemnités de logement est l’initiation d’une promotion immobilière pour tous les enseignants de Côte d’Ivoire.

LIRE AUSSI: La trêve sociale menacée à quelques jours de la fête du travail : La Primature et des ministères accusés par Gnagna Zadi

Par conséquent, elle conseille fortement à la COSEFCI de désigner son représentant au comité de pilotage de cette opération immobilière, menée par la MUPEMENETCI, tel que l’ont fait les leaders des autres groupements et syndicats car le gouvernement de Côte d’Ivoire n’envisagera pas d’alternative à cette réponse. Concernant les autres points de revendication de la COSEFCI, Madame la Ministre les a royalement ignorés.

LA POSITION DE LA COSEFCI

La COSEFCI tient à préciser clairement à madame la Ministre de l’Éducation nationale que les enseignants ivoiriens restent préoccupés par la satisfaction des cinq points de revendication qu’ils ont portés à l’État de Côte d’Ivoire y compris la revalorisation de leurs indemnités de logement. En conséquence, la COSEFCI ne se sent pas concernée par un quelconque programme immobilier en faveur des enseignants en remplacement de la revalorisation de leurs indemnités de logement.

LIRE AUSSI: Mort de 3 élèves : « Kandia Camara est la première responsable. Elle n’a pas été capable d’anticiper un fléau qui se répète chaque année »

En outre, La COSEFCI voudrait rappeler à l’opinion publique que, le 5 avril 2019, Monsieur le Premier Ministre Amadou Gon COULIBALY, a mis en place un cadre formel de discussions impliquant deux ministères à savoir le ministère de l’Éducation Nationale et celui de l’Enseignement Supérieur. Ces discussions, qui devraient connaitre leur épilogue fin avril 2019, sous l’égide du Premier Ministre lui-même, se sont déroulées à Grand Bassam puis Abidjan du 10 au 23 avril 2019 et ont été sanctionnées par un rapport de synthèse déposé depuis lors à la table du Premier Ministre.

En conséquence, la COSEFCI tient à souligner qu’elle attend toujours la rencontre délibératoire convenue avec le Premier Ministre afin que le gouvernement donne une suite claire et responsable aux discussions de Grand Bassam qui ont retenues l’attention de l’opinion nationale et internationale.

LIRE AUSSI: Assassinat manqué de Soro : le rôle de Zakaria et Gruman dans cette affaire du 23 décembre

C’est le lieu, pour la COSEFCI d’appeler les enseignantes et enseignants de Côte d’Ivoire à la VIGILANCE afin de ne pas dévoyer notre noble lutte en tombant dans le piège de Madame la Ministre.

Enfin, la COSEFCI appelle tous les enseignants du primaire et du secondaire public de Côte d’Ivoire à observer, avec DIGNITÉ et HONNEUR, le mot d’ordre de grève en restant chez eux du mardi 28 au jeudi 30 janvier 2020 à l’effet d’obtenir la satisfaction de leurs légitimes revendications.

Personnalités liées avec l’article