Côte d’Ivoire : la présidentielle d’octobre 2020 coûtera plus de 75 milliards FCFA

Les futures élections ivoiriennes seront financées sur le budget de l’État, 75 milliards en 2020 et 12,9 milliards en 2021, soit un total de 87, 9 milliards.

Adama Coulibaly s’exprimait lors d’une cérémonie de signature de trois sessions d’accords entre la Côte d’Ivoire et le Programme des Nations-Unies pour le développement (PNUD). Il s’agit de la signature des plans de travail 2020 entre la Côte d’Ivoire et le PNUD, la signature d’un accord-cadre du PNUD avec la Fondation Bénédicte Jeanine Kacou Diagou (BJKD) et la signature d’un projet d’appui aux élections en Côte d’Ivoire.

Ce dernier accord portant assistance électorale du PNUD à la Commission électorale indépendante (CEI, organe électoral ivoirien), contribuera selon le ministre Adama Coulibaly,  à la préparation et à l’organisation dans les « meilleures conditions » des élections à venir. La Côte d’Ivoire organisera en octobre prochain une élection présidentielle.

LIRE AUSSI: 69 jours ou le temps des assassins : « pourquoi un tel film à quelques mois de la présidentielle ? »

« Ce projet mettra l’accent sur le développement des capacités, mais surtout sur la nécessité d’assurer un cycle électoral crédible, transparent, inclusif et sans violences lors des présidentielles et législatives à venir. Ainsi le projet est prévu pour une durée de deux ans allant de janvier 2020 à décembre 2021», a expliqué Adama Coulibaly.

 « Le gouvernement mettra tout en œuvre pour la bonne exécution de ce projet afin de garantir à la Côte d’Ivoire des élections libres, transparentes et apaisées», a promis Adama Coulibaly.

« Le projet d’appui aux élections en Côte d’Ivoire vise à couvrir un certains nombres de besoins spécifiques et essentielles à notre institution à savoir : le renforcement des capacités de nos ressources humaines, le renforcement de nos moyens logistiques, l’amélioration significative de notre dispositif actuel de collecte, le traitement et la proclamation des résultats », a entre autres expliqué Coulibaly Kuibiert-Ibrahime, le président de la CEI.

LIRE AUSSI: La plateforme de l’opposition sur la CEI à Ouattara : « Prenons l’exemple sur la Commission électorale du Ghana »

Selon lui, l’enjeu est celui de la promotion de la maturité démocratique de la Côte d’Ivoire. « Nous osons espérer que votre engagement à nous soutenir se traduira dans les meilleurs délais », a dit M. Coulibaly aux autorités du PNUD.

Pour sa part, Jonas Mfouatie,  le Représentant résident par intérim du PNUD en Côte d’Ivoire a invité les ivoiriens à rester engagés afin de promouvoir dans la cohésion, un climat propice pour un processus électoral crédible et apaisé.

LIRE AUSSI: Un pro-Soro au RHDP : « vous serez chassés du pouvoir »

Plusieurs ministres dont Nialé Kaba (Plan et développement) ,  Joseph Séka Séka (Environnement et développement durable), Mariatou Koné (Solidarité, cohésion sociale et lutte contre la pauvreté) et  Raymonde Goudou Coffie (Modernisation de l’Administration et de l’innovation du service public)  ont pris part à cette signature d’accords avec le PNUD notamment les conventions sur  les plans de travail 2020 entre les deux parties où sept plans de travail conjoints ont été signés pour un coût de 11 milliards FCFA.

Personnalités liées avec l’article