Côte d’Ivoire: lancement du Mastère professionnel transport et aménagement urbain

Amedé Kouakou a procédé, le lundi 14 octobre 2019 au lancement du Mastère professionnel transport et aménagement urbain pour assurer la mobilité.

Ce programme mis en place au sein l’ (), en partenariat avec l’Ecole nationale des ponts et chaussées de Paris, s’inscrit dans la mise en œuvre du projet d’intégration Port-ville du grand (PACOGA), initié par le gouvernement ivoirien et la pour la planification urbaine, du service et de la gouvernance d’un coût global de 217 milliards de francs CFA.

Amedé Kouakou a souligné que cette formation est une  première en Côte d’Ivoire et vise à répondre aux attentes en matière d’aménagement et de réalisation de projets urbains en étroite collaboration avec le milieu professionnel.

LIRE AUSSI: Alain Lobognon: « des gens ont voulu humilier Soro pour l’empêcher de postuler à la présidentielle de 2020 »

Il a également fait remarquer que ce mastère est une formation technique et managériale de haut niveau qui aborde les préceptes et les concepts contemporain de mobilité ainsi que l’usage des outils au service de la planification, de la pratique des projets et de leur opérationnalisation.

Le directeur général de l’INPHB, Koffi N’Guessan a fait savoir que la formation se fera à l’INHP au bénéfice de cadres de haut niveau sélectionnés sur dossier mais également après un entretien.

LIRE AUSSI: Frontière Côte d’Ivoire-Burkina: morts de 10 d’orpailleurs clandestins dans un éboulement

« Notre ambition est de mettre à la disposition de la Côte d’Ivoire et des régions africaines des cadres de niveau BAC+5, capables d’imaginer les systèmes de transports afin de faciliter les déplacements, penser à de niveau type de transport moins polluant  et moins coûteux pour les populations », a renchéri M. N’guessan.

Ville côtière, Abidjan, mégalopole de 5 plus de millions d’habitants, s’est urbanisée sur la base d’un schéma structuré autour de quatre fonctions principales à savoir la fonction administrative, industrielle, commerciale et résidentielle. Ce qui induit un surpeuplement des banlieues et une multiplication des quartiers précaires enclavés en zone urbaine ou rejetés à la périphérie de l’agglomération.

LIRE AUSSI: Jean Bonin sur l’arrestation marquée de Soro: « notre politicien a mis en scène sa propre arrestation »

Les  conditions de transport également se dégradent et l’accès aux équipements urbains est plus difficile en particulier pour les couches les plus pauvres. Non sans occulter le manque des services publics de transport en commun et leurs tarifs qui handicapent les populations, constate-t-on.

Personnalités liées avec l’article