Côte d’Ivoire: voici pourquoi Laurent Gbagbo reste silencieux

Selon Me Altit, le silence de Laurent Gbagbo, depuis sa sortie en conditionnelle à Bruxelles, ne serait pas de son propre chef, mais celui de la CPI.

Voici les conditions draconiennes d’interdictions politiques imposées par la CPI et signées par le président Gbagbo avant sa libération conditionnelle. J’ai pris ça sur le mur du GOR « Gala Kolebi », qui lui-même dit qu’il tient ces informations du Professeur Michel Galy, ami du président Gbagbo.

Selon Me Altit la CPI a interdit les éléments suivants au président Laurent Gbagbo:

« 1- le droit de s’exprimer en tant que militant ou responsable de parti politique.

2-le droit de participer publiquement à l’établissement du programme d’un parti politique.

LIRE AUSSI: « Le coup d’Etat de 1999 a ouvert la boîte de la promotion de la médiocrité sous Gbagbo et se renforce sous celui de Ouattara »

3- le droit de participer à des meeting politiques.

4- le droit de participer à des émissions radios , télévisées , dans lesquelles il serait fait mention de sa carrière politique ou sa VISION politique.

5- le droit de pouvoir répondre à des questions de journalistes ,ou d’historiens concernant sa carrière ou sa VISION politique.

LIRE AUSSI: « Simone est sur les traces des « traîtres » qui veulent tourner la page Gbagbo pour leur ambition personnelle ? »

6- le droit de donner sa VISION de la réconciliation.

Ne tirez pas sur le messager, je ne fais que transmettre une information importante. Ceci étant, chacun doit comprendre alors pourquoi le président Gbagbo reste silencieux. Tant que ces conditions pèsent sur lui, il ne dira rien et ne fera rien. Cela laisse la roue libre aux « Gbagbo dit » et c’est la porte ouverte à toute sorte de flokosserie par des intermédiaires aux intentions sataniques.

Personnalités liées avec l’article