Denis Kah Zion : le drone qui filmait son domicile venait de « l’immeuble d’un ponte du RHDP », le pilote a été arrêté

Drone Toy Adult Helicopter Electronics Technology Innovation Aeromodelling Fun Leisure Concept

Le drone qui a filmé le domicile de Denis Kah Zion les 15 et 16 janvier 2020 a été intercepté. Le pilote et l’appareil volant ont été remis à la police.

Le drone suspect en filmant, aujourd’hui (ndlr 16 janvier 2020) à nouveau, ma résidence a été intercepté, avec son opérateur et tous deux remis à la police.

La DITT (police) a immédiatement ouvert une information judiciaire
Le mercredi, 15 janvier 2020 de 13h10 à 13h15, ma résidence sise à Cocody Riviera a été survolée par un drone. Durant cinq minutes, le drone a fait le tour de la concession, à une altitude relativement basse pour observer tous les recoins du domaine, du jardin à la terrasse, en passant par le long de la clôture arrière. Après avoir naturellement filmé tout ce qu’il y avait à filmer le drone a pris la direction de l’immeuble voisin appartenant à un ponte du Rhdp et a disparu. Reparti atterrir donc d’où il a pris son décollage.

LIRE AUSSI : Perquisition chez le colonel Fofié à Korhogo: ce qui a été trouvé

Alors que l’on croyait que ce drone était parti pour de bon, c’est avec grande surprise qu’il est revenu hier jeudi 16 janvier, à la même heure, au-dessus de ma résidence en faisant des rondes pour filmer à nouveau. Comme s’il était là pour terminer la mission qu’il avait commencée la veille. Ayant remarqué les mouvements du drone rappelant ceux de la veille, des habitants du quartier se sont mobilisés pour organiser une battue en vue de retrouver le point de départ de l’appareil et l’opérateur qui le pilotait à distance.

C’est ainsi qu’à quelques mètres de l’entrée de la cité, un jeune nommé Yao Nguessan Fabrice, a été trouvé en pleine manipulation du drone. Il le téléguidait et l’orientait vers la cible à filmer qu’est ma résidence. Yao Nguessan Fabrice a dit travailler pour une structure en sous-traitance avec l’entreprise de construction de route Colas. Mais il n’a aucune pièce justificative de ses allégations. Il n’a ni carte professionnelle, ni contrat, ni ordre de mission, ni attestation de travail. Encore moins l’autorisation de faire survoler un quartier par un drone.

LIRE AUSSI : Prostitution en Côte d’Ivoire : elles proposaient leurs services via les réseaux sociaux

Sur ce fait, bien que mon conseil ait déjà porté plainte contre X devant le parquet pour violation de domicile et de vie privée, Yao Nguessan Fabrice et son appareil de marque « DGI » ont été conduits par nos soins à la Direction de l’Information et du Traçage Technologique (DITT) où le Commissaire Fofana a spontanément pris le dossier en mains. Le drone a été mis sous scellé et une information judiciaire a été immédiatement ouverte pour en savoir plus sur les activités et la mission de ce drone qui aura réussi à filmer ma résidence en deux jours.
Que Dieu protège notre pays, la Côte d’Ivoire !

Personnalités liées avec l’article