Prostitution en Côte d’Ivoire : elles proposaient leurs services via les réseaux sociaux

La brigade mondaine de la préfecture de police d’Abidjan a mis aux arrêts à Cocody Angré, deux proxénètes actives sur les réseaux sociaux.

Les nommées Kouassi C, 35 ans, ivoirienne et N’guessan Adjoua G, 24 ans, ivoirienne, ont été interpellées par les collaborateurs de Madame le Commissaire de Police, Kamagaté TATA, et mises à la disposition de la justice.

En effet, suite à la plainte d’une victime d’exploitation sexuelle, la Brigade Mondaine, après investigations, a interpellé la nommée Kouassi Christiane le 27 novembre 2019 aux environs de 16 heures dans une résidence meublée à Cocody Angré.

LIRE AUSSI: Henri Konan Bédié: « notre meeting du 19 octobre 2019 à Yamoussoukro a fait perdre la sérénité au RHDP »

Celle-ci a été trouvée en compagnie de 3 jeunes filles dont l’âge varie de 19 à 35 ans. Des auditions, il est ressorti que la susnommée a loué la résidence à 25 000 FCFA par jour, a recruté des filles qui se prostituent à son profit.

Prostitution en Côte d'Ivoire

A ces dernières, elle avait promis la somme de 10 000 FCFA par jour quelque soit le nombre de clients satisfaits.

LIRE AUSSI: Orpaillage clandestin: le cerveau d’un réseau de traite de personnes en provenance du Burkina arrêté

Par ailleurs, c’est à la suite d’annonces diffusées sur un site Internet que les hommes entraient en contact avec elle. Toutes ces filles vulnérables, du fait de leur condition de vie précaire, étaient ainsi exploitées par leur concitoyenne.

Quand à la nommée N’guessan Adjoua G, elle a été citée par l’une des jeunes filles âgée de 19 ans retrouvée dans la résidence. Elle l’avait recrutée à Bouaké pour la livrer à la prostitution à Abidjan.

LIRE AUSSI: Côte d’Ivoire: des munitions saisies à N’douci

La Brigade Mondaine informe les populations de cette tendance, vu que dans les rues, les racoleuses sont incessamment traquées. Les citoyens sont donc invités à dénoncer ces actes inhumains.

Personnalités liées avec l’article